L’addiction est un phénomène qui se propage de jour en jour. Elle constitue un réel danger pour la victime puis une source d’inquiétude et de peur pour l’entourage.

Il en existe plusieurs types selon l’objet vers lequel est porté ce trouble. Découvrez tout ce qu’il est utile de savoir sur ce problème, comment la reconnaître et surtout les mesures pour l’éviter ou la traiter.

Qu’est-ce qu’une addiction ?

Il est parfaitement naturel de vouloir se divertir ou de siroter un verre de façon occasionnelle.

Cela devient problématique à partir du moment où on en abuse. La dépendance s’installe et la victime n’a plus la capacité de s’arrêter.

Elle se manifeste donc par l’envie, le besoin incontrôlable de consommer ou d’adopter un comportement.

La victime ne trouve soulagement que dans la consommation du produit.

L’addiction a de nombreuses conséquences sur la victime, mais aussi sur l’entourage et notamment ceux qui vivent avec le malade.

Les types d’addiction

Il en existe plusieurs types, classés selon l’objet de l’addiction. Ce sont pour la plupart des éléments qui consommé dans les normes ne sont pas dangereux pour l’organisme.

On parlera d’addiction aux opiacés, à l’alcool et même aux jeux.

Lorsqu’il y a dépendance vis-à-vis de l’alcool, on parle d’alcoolisme et la victime est appelée alcoolique.

L’alcool se retrouve dans certaines boissons de façon naturelle comme les boissons fermentées. Il est même produit en faible quantité dans l’organisme. Il n’est donc pas en lui-même un problème pour l’organisme.

C’est sa consommation non contrôlée qui provoque ainsi son addiction.

La morphine est un composé utilisé en médecine pour soulager la douleur. Dans cette situation, il n’y a aucun mal à s’en servir. Le problème survient lorsqu’elle est consommée pour ses caractéristiques psychoactives.

On peut retrouver également des addictions comportementales comme celles liées aux sports (on parle de bigorexie).

Ils sont de plus en plus fréquents et sont liés à de terribles souffrances. Le cas des jeux n’est pas à négliger non plus. Les addicts de jeux vidéo, d’argent ou de paris sont légion.

Les symptômes de l’addiction

Comme toute maladie, certains symptômes sont annonciateurs de l’addiction.

Les connaître permettrait de prendre des dispositions pour l’éviter. Il n’existe pas toujours de raisons spécifiques à ce problème.

Dans certains cas, elle survient après une situation difficile comme la perte d’un boulot, d’un être cher.

Dans d’autres cas, il n’y a pas de causes apparentes, l’addiction est bio-psycho-social.

Dans un premier temps, le futur alcoolique ne se rendra pas compte qu’il est en passe d’en devenir un.

Au lieu que la consommation de l’alcool soit occasionnelle, le futur alcoolique ne ratera aucune occasion pour s’en procurer.

Dans un état de stress, ou pour une bonne nouvelle, l’alcool sera la première des choses à laquelle il pense. Il cherchera toutes les opportunités pour en consommer ; c’est valable aussi pour les addicts d’autres produits.

On remarquera l’envie tel un assoiffé. Pour un alcoolique, il boira à long trait et même à même la bouteille.

Il faudrait apprendre à être également observateur, surtout vis-à-vis des adolescents, pour détecter une dépendance. Instaurer le dialogue afin de chercher à mieux comprendre le problème est ce qu’il y a de mieux.

Comment prévenir les addictions

Certains enfants s’enferment dans leurs bulles, ils n’ont pas d’amis et trouvent refuge dans les jeux vidéo.

D’autres sont obnubilés par les paris de tout genre, que ce soit sportif, équestre, etc.

Ils cherchent à gagner de l’argent et se ruinent totalement.

Comme solution, vous pourriez en ce qui concerne les jeux installer la console de jeux dans une salle commune et réglementer les horaires de jeux.

Pensez à trouver du temps libre pour des jeux en famille, ou des sorties de quelques jours en camping par exemple.

Pour l’alcoolisme, lorsque l’addiction n’est pas encore installée, il est encore possible de la déjouer.

Pour cela, il faut que le malade en prenne conscience et demande de l’aide, ce qui est assez rare. Le grand rôle revient donc à l’entourage proche.

Contacter les spécialistes pour une prise en charge est une bonne solution.

Il en est de même pour les opiacés.

Pour les paris sportifs, des méthodes utiles sont utilisées pour permettre aux amoureux de les faire de manière sécurisée.

Si vous êtes un amoureux du sport et du pari, que vous vivez en Belgique, visitez ce site internet pour miser en ligne.

Vous serez conseillé par des experts du domaine afin de réaliser une bonne mise et d’en ressortir gagnant.

Des pronostics sont disponibles pour vous permettre de mieux guider vos choix.

Conséquences de l’addiction

Les addictions ont de désastreuses conséquences, non seulement sur la santé de la victime, mais aussi sur ses relations sociales.

Les conséquences touchent également les proches et les personnes avec qui la victime interagit. Partenaire, parents, amis proches, collègues, etc.

Sur le plan sanitaire

L’alcool par exemple provoque des problèmes gastriques, le cancer de l’appareil digestif, la cirrhose de foie, l’hypertension artérielle, les troubles psychiques.

Le tabagisme provoque des problèmes respiratoires et cardiaques. Les addictions aux opiacés donnent des hallucinations, des anévrismes ou des psychoses.

Sur le plan comportemental

Les dépendants sont pour la plupart repliés sur eux-mêmes et de plus en plus distants avec leurs proches.

Cela est dû au fait que l’addiction prend de plus en plus d’importance et de place dans leur vie.

Le dépendant développe des caractères qui ne lui ressemblent pas d’habitude, il est nerveux, agressif, violent verbalement.

Sur le plan financier

Les addictions aux jeux ont pour première conséquence la faillite.

L’individu perd toutes ses économies ou toute sa fortune, mettant sa famille dans une situation délicate.

Ce problème financier vient renforcer le mal-être de la victime, provoquant la dépression et son cortège de problèmes.

Sur le plan relationnel

Les relations amicales et professionnelles sont remises en cause avec risque de perte de travail et de divorce.

L’entourage de la victime est animé par l’envie de l’aider, mais se sent épuisé et impuissant face à ce problème. Encore plus, s’il refuse tous les soins envisagés.

Comment traiter l’addiction

Traiter les addictions n’est pas chose aisée. D’abord pour y arriver, il faut que le malade prenne conscience de sa situation. Il faut qu’il admette son problème afin de demander et d’obtenir l’aide nécessaire.

Il s’agit généralement du grand problème, car la plupart du temps, le dépendant est enfermé dans un déni total, refusant d’accepter sa maladie.

Les addictologues et les psychologues sont chargés de venir en aide aux malades.

Ils sont internés et des traitements adaptés sont donnés pour les aider à guérir. Des séances de discussion et de soutien rassemblant d’autres malades existent.

Ainsi, ils se sentent moins seuls et se soutiennent les uns les autres. Il faudrait savoir que l’addiction ne se guérit pas totalement. On peut arrêter d’être dépendant, mais on ne guérit pas de l’addiction.

C’est dire qu’il y a toujours un risque de rechute si le produit est consommé. Un ex-alcoolique par exemple ne devra s’en tenir qu’aux autres boissons sans alcool.

Si vous voulez venir en aide à un proche, je vous recommande de lire cet article édité par alcool info service.