Category: Compléments alimentaires

C’est un fait : le vieillissement de la population dans les pays développés se traduit par une hausse de la survenue des affections de longue durée.

D’autre part, nos modes de consommation et manières de vivre modernes fragilisent notre santé et nous exposent à de nouveaux facteurs de risque (stress, tabac, obésité, pollution, alcool…) qui peuvent provoquer sur le long terme de multiples maladies chroniques : cancers, maladies cardiovasculaires, diabète, etc.

Ainsi, depuis une trentaine d’années, toutes les enquêtes alimentaires concordent pour montrer que l’alimentation des Français présente de nombreuses carences en vitamines et en minéraux.

Un exemple parmi tant d’autres : plus d’un adulte sur deux a des apports en vitamine C en dessous des Apports Nutritionnels Conseillés (ANC).

A votre échelle, il est donc essentiel de revoir notre alimentation afin de la rendre riche et variée et de limiter les facteurs de risque.

Il est aussi éventuellement possible de prévenir les carences avec certains compléments alimentaires, une option intéressante si et seulement on les prend comme il se doivent d’être pris : en complément.

Qu’est-ce qu’une carence ?

Les carences nutritionnelles résultent d’un déséquilibre entre les apports alimentaires et les besoins en nutriments de l’organisme (protéines, glucides, lipides, oligo-éléments et vitamines).

En France, elles concernent une grande partie de la population et sont reconnues comme favorisant la survenue de certaines maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, etc).

Les plus courantes sont les déficiences en fer, en vitamine D, en magnésium, en zinc et en calcium.

Une alimentation équilibrée suffit pour apporter tous les nutriments qui sont nécessaires, mais beaucoup de Français rencontrent en pratique des difficultés pour s’alimenter de façon riche et variée tout au long de l’année.

Des compléments alimentaires comme ceux du site Top Complément peuvent alors être indiqués pour pallier les déficits sous certaines conditions et avec toujours l’aval de son professionnel de santé.

Voyons quelques exemples.

La réduction des carences en fer

Dans le monde, environ deux tiers des femmes non ménopausées et non enceintes souffrent d’anémie, un appauvrissement du sang caractérisé par la diminution des globules rouges et/ou de l’hémoglobine transportée par chacun d’eux.

Cette affection résulte dans la plupart des cas d’une carence durable en fer. C’est pourquoi il est très courant et recommandé pour traiter et prévenir l’anémie d’enrichir l’alimentation en fer avec des compléments alimentaires adaptés.

Cette carence en fer est encore plus importante chez la femme enceinte, et peut devenir très problématique si cette dernière consomme par ailleurs peu de viande et de poisson, et si elle était sous stérilet avant la conception.

La réduction des carences en vitamine D

Certaines études scientifiques constatent depuis des années une généralisation du déficit en vitamine D chez les Français, déficience qui est, de plus, souvent sous-diagnostiquée.

On estime ainsi qu’en France 80% de la population présente ce déficit (source).

Une insuffisance qui est même très sévère pour 5 % des Français.

Quels en sont les symptômes ?

Une carence en vitamine D se manifeste d’abord par un état de fatigue chronique, des faiblesses musculaires et parfois même des crampes, même si ces manifestations peuvent s’aggraver.

Sur le long terme, les risques sont nombreux : fracture, ostéoporose, défaut de minéralisation osseuse, etc.

Si vous présentez un déficit et que vous ne parvenez à le combler par votre alimentation (poissons gras notamment), votre médecin pourra alors vous recommander de prendre en hiver des ampoules de vitamine D en cure.

La réduction des carences en magnésium

https://www.youtube.com/watch?v=UYK-8LYCgNU

Oligo-élément essentiel, le magnésium doit être régulièrement apporté à l’organisme, car il n’y est que peu stocké.

Les Apports Nutritionnels Conseillés (ANC) quotidiens ont été fixés par l’AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) à 360 mg pour une femme de soixante kilos et à 420 mg pour un homme de soixante-dix kilos (source).

À noter qu’ils sont plus élevés si vous êtes enceinte ou sportif(ve).

Quels en sont les symptômes ?

Une carence peut se manifester par :

  • de la fatigue (le magnésium joue un rôle dans la qualité du sommeil notamment)
  • du stress
  • l’impression d’avoir un cerveau au ralentit
  • de la nervosité
  • de l’irritabilité
  • des tremblements des joues des paupières et/ou des lèvres
  • des crampes.

Si vous présentez ces symptômes, une source complémentaire de magnésium vous sera très utile.

Fort heureusement, il est simple à trouver dans l’alimentation, fruits de mer, noix en tout genre, soja, chocolat noir, céréales complètes etc.

Les compléments alimentaires viendront là encore, en dernier recours, par exemple si vous êtes vraiment stressé(e) ou débutez un sevrage tabagique.

Les compléments alimentaires peuvent donc se montrer intéressant pour pallier certaines de nos carences dans le cas où l’alimentation ne le permet pas ou plus (manque d’appétit chez les seniors par exemple ou régime particulier).

Il est un autre domaine que les carences dans lequel les compléments alimentaires peuvent avoir un impact positif, il s’agit des maladies chroniques.

Contre l’ostéoporose ?

Le nombre de cas d’ostéoporose est en perpétuelle augmentation avec le vieillissement croissant de la population.

Selon la Société Française de Rhumatologie, les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes.

Ainsi, alors qu’un homme sur six en souffre après 65 ans, c’est le cas de près de deux femmes sur cinq.

Ce chiffre explose pour les octogénaires : il s’élève à 70% chez les femmes âgées de plus de 80 ans.

Par conséquent, on constate une nette augmentation du nombre de fractures liées à l’ostéoporose : 51 000 fractures de hanche, 35 000 fractures de poignet, entre 40 000 et 65 000 fractures vertébrales et 12 000 fractures de l’humérus en 2019.

Une méta analyse de 2015 intitulée « Effectiveness and safety of calcium and vitamin D treatment for postmenopausal osteoporosis » et publiée dans le journal Minerva Endocrinologica, spécialisé dans les maladies du système endocrinien, avait conclu qu’une supplémentation en vitamine D et en calcium chez les adultes qui ont des carences permettrait le ralentissement de la perte de masse osseuse.

“Selon les données actuellement disponibles, la vitamine D, à une dose d’au moins 800 UI/jour, seule ou en combinaison avec des médicaments antirésorptifs, devrait être administrée aux patients ostéoporotiques et ostéopéniques pour une prévention primaire et secondaire.”

En écrivant toutefois que le débat restait ouvert et qu’il était nécessaire de mener d’autres études pour clarifier les indications et les contre-indications.

Pour diminuer le taux de cholestérol ?

L’hypercholestérolémie concerne aujourd’hui près d’un cinquième des Français, mais les personnes âgées de 45 à 65 ans sont les plus touchées.

Plusieurs compléments alimentaires semblent être efficaces pour réduire le cholestérol et viennent compléter les différentes mesures hygiéno-diététiques : les oméga-3, la levure de riz rouge et les phytostérols.

Une étude américaine a montré que la consommation de ces compléments alimentaires permettait d’éviter certaines complications qui font suite à une pathologie cardiovasculaire.

La protection contre l’aggravation de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est une maladie qui survient généralement après la cinquantaine.

Elle concerne en effet 8% de la population de cette tranche d’âge. Cette affection est responsable de la perte progressive de la vision centrale, ce qui provoque des difficultés pour lire, conduire ou même reconnaître les visages.

Le National Eye Institute a montré en 2001, dans une étude qui a fait autorité, qu’une supplémentation en anti-oxydants à forte dose permettait de contenir chez certains patients l’évolution de la DMLA.

Ce qu’il faut retenir, c’est que les compléments alimentaires doivent être utilisés avec prudence et ne devrait jamais venir qu’en second plan d’habitudes alimentaires revue.

Leur intitulé doit toujours vous rappeler ce qu’ils sont : des compléments. Toujours est t-il que dans certaines conditions bien particulières, ils peuvent se montrer intéressants.

Chanvre et cannabidiol, pourquoi les mettre dans nos assiettes ?

chanvre

Apparenté au Cannabis dont il est une variété, le chanvre est trop souvent associé à des utilisations prohibées. Il sera aussi riche en molécules de cannabidiol, molécule non psychotrope et donc légale.

Le chanvre se révèle être un « super aliment » particulièrement intéressant en graine, notamment dans un contexte de développement grandissant des régimes alimentaires éliminant les protéines animales.

Il peut se consommer pour sa graine ou pour la molécule de cannabidiol (ou CBD) qu’il contient. Que nous soyons en bonne santé ou pas, le chanvre peut s’avérer être un aliment aux multiples bienfaits pour le bon fonctionnement de notre corps.

Une plante millénaire

Côtoyant l’homme depuis l’ère du néolithique, le chanvre a initialement été utilisé comme textile jusque-là fin du 19e siècle, étant ensuite supplanté par le coton puis les fibres synthétiques.

S’il nous vient originellement d’Asie, sa présence a donc longtemps demeuré dans nos cultures. Sa faible consommation en eau a été un facteur favorisant l’intérêt que les hommes lui ont porté. Cependant, tous les chanvres ne se valent pas et deux sont particulièrement cultivés :

  • Le cannabis indica, qui est le chanvre indien dont le taux de THC, qui est une substance psychotrope générant une dépendance, avoisine les 30 % et qui est, de ce fait, illégal.
  • Le cannabis sativa qui lui contient des taux très bas de THC (autour de 0,2%). Cette variété présente d’autres intérêts comme une richesse particulière en micronutriments et une molécule de CBD présentant plusieurs vertus.

Nous allons nous intéresser plus particulièrement à cette deuxième variété de chanvre, dont on peut notamment trouver des dérivés sur lecannabidiol.com.

Le chanvre, source de protéines

La richesse de la graine de chanvre est tout d’abord dans son taux de protéine qui avoisine les 30 %, en faisant une des protéines végétales les plus intéressantes.

Les protéines issues du chanvre sont, par ailleurs, pourvues des huit acides aminés essentiels, en quantité suffisante, ce qui est particulièrement rare chez les protéines végétales.

Les protéines présentent dans le chanvre sont d’autant plus remarquable du fait qu’elles cumulent le fait d’être abondante, complète et assimilable. Ces propriétés nutritives seront notamment appréciées chez les sportifs dans la recherche d’une alimentation favorisant la récupération.

Une graine au bon équilibre lipidique

La graine de chanvre est pourvue d’acides gras polyinsaturés et très peu d’acides gras saturés. Son intérêt lipidique se situe dans sa richesse en Oméga 3.

Cela lui permet d’avoir un équilibre entre Oméga 6 (pro-inflammatoire) et Oméga 3 (anti-inflammatoire) permettant de se rapprocher du rapport de 4 pour 1 recommandé par les nutritionnistes.

Une cuillère à soupe d’huile de chanvre suffira à pourvoir aux besoins quotidiens d’une personne en oméga 3. Les types d’oméga 3 et d’oméga 6 présents dans le chanvre seront particulièrement pertinents pour les personnes mangeant peu ou pas de poissons, car ils substitueront partiellement les lipides manquants.

Cette richesse de l’huile de chanvre aura pour corollaire sa fragilité, il faudra ainsi la conserver au frais, à l’abri de la lumière et ne pas la cuire.

Autres qualités du chanvre

La molécule de cannabidiol (CDB), issue du chanvre, aura des propriétés relaxantes reconnues, venant apaiser l’anxiété. Le CBD pourra également être bénéfique pour l’apaisement des douleurs ainsi que, en association avec un traitement médical, pour le soulagement des troubles épileptiques.

La graine de chanvre quant à elle sera pourvue de vitamine E, aux propriétés antioxydantes reconnues, notamment en association avec la vitamine C. Nous noterons aussi la présence de vitamines B1, B2, B3, B6 et B9. Elle sera par ailleurs source d’oligo-éléments, tels que le magnésium, le calcium, le fer, le phosphore et le zinc.

Par ailleurs, contrairement au cannabidiol, la graine de chanvre ne présentera aucune toxicité sous sa forme alimentaire, pour le foie par exemple. Grandes absentes de l’alimentation industrialisée moderne, les fibres sont aussi présentes en nombre dans le chanvre.

Ces fibres permettront d’entretenir un bon microbiote intestinal ayant une incidence favorable sur notre immunité. Un régime riche en fibre permettra d’amoindrir le risque de cancer de l’intestin, entre autres.

Conclusion

La graine de chanvre et la cannabidiol ont donc un panel de vertus multiples et assez rares. Ses valeurs nutritives lui confèrent des bienfaits pour la santé à plusieurs niveaux.

La graine de chanvre pourra être consommée sous différentes formes : en graine qu’il faudra faire tremper préalablement avant de les cuisiner, en poudre pour une utilisation comme une farine ou bien en huile à la couleur verte et au goût de noisette.

Le cannabidiol se consommera, quant à lui, dans sa forme alimentaire, sous forme de tisane ou de produit à base de CBD (chocolat, bonbon ou autres produits alimentaires dérivés).

Comprendre le cannabidiol, le nouveau complément alimentaire tendance

complément cbd

En décembre 2018, la molécule de cannabidiol passait officiellement sous la règlementation française en tant que complément alimentaire.

Depuis, cet agent du chanvre est devenu l’une des superstars de sa catégorie, attirant de plus en plus de consommateurs. L’une des causes de cette popularité du CBD est évidemment sa relation très étroite avec le THC, une autre molécule du chanvre.

Cependant, le cannabidiol n’est pas un psychotrope et ne compte donc pas parmi la liste des stupéfiants interdits dans l’hexagone. En plus, il présente de nombreux bienfaits pour l’organisme, prouvés lors de véritables études scientifiques.

La législation du CBD en France

Dans les deux dernières années, vous avez certainement remarqué de tout nouveaux commerces dans nos plus grandes villes de France.

On pense notamment à certaines boutique de cbd lyon ou même des détaillants de produits au cannabidiol à Paris. En effet, il est désormais possible de vendre des articles à base de CBD dans l’hexagone, en toute légalité. Pour ce faire, les dérivés de cette molécule doivent toutefois respecter des règles complexes et très spécifiques.

Tout d’abord, le chanvre, dont ces produits sont issus, doit contenir moins de 0,2% de THC. Cela signifie que les cultivateurs se concentrent sur des plants de chanvre spécifiques, afin de fournir du cannabidiol légal aux détaillants. Néanmoins, le produit fini doit, en théorie, avoir un taux de THC de zéro, même s’il contient du CBD, selon les magistrats.

En fait, selon l’article R. 5132-86 du code de la santé publique, la production, la fabrication et le transport du cannabis sont interdits. Mais cette règle s’applique également à la plante, à la résine issue du cannabis, aux produits qui en contiennent et à ceux qui sont obtenus à partir du cannabis.

En somme, la règlementation concerne directement le chanvre et la concentration en THC qu’il contient, puisque le tétrahydrocannabinol est considéré comme un stupéfiant.

Pour certains, la législation entourant le chanvre est aussi complexe que celle concernant la morphine, utilisée dans le milieu médical. La plante est donc interdite si elle ne respecte pas certaines conditions, mais les produits qui en sont issus, eux, peuvent être légaux.

Une question de pourcentage

Ces deux dernières années, plusieurs consommateurs et détaillants de produits au CBD ont exprimé leur mécontentement quant à la législation entourant cette molécule. Selon eux, la règlementation du cannabidiol en France est particulièrement floue et ambiguë.

Pourtant, dans les faits, la loi est très claire à propos de ce complément alimentaire. En effet, comme nous l’avons expliqué plus haut, les plants dont sont issus les produits à base de CBD peuvent contenir jusqu’à 0,2% de THC ou tétrahydrocannabinol.

Ceux-ci peuvent ensuite être utilisés et commercialisés dans le domaine de l’alimentaire ou du textile. Cependant, les produits à base de cannabidiol vendus dans les commerces ne doivent pas contenir de THC. Le pourcentage autorisé par la législation est alors de zéro, comme l’expliquent les magistrats.

En somme, la règlementation du tétrahydrocannabinol s’applique à la plante en elle-même et non au produit fini. Néanmoins, cette spécificité a porté de nombreuses personnes à confusion et notamment des détaillants.

Au cours de l’année 2019, certains commerçants de produits au CBD ont effectivement été arrêtés ou condamnés parce que leurs produits contenaient du THC. En effet, ces détaillants ou producteurs ont mal compris la législation entourant le cannabidiol et ses dérivés. Ils ont alors pris le parti de vendre des articles ayant un pourcentage de THC ne dépassant pas les 0,2%.

Cependant, leurs produits étaient alors considérés comme des stupéfiants et non comme des compléments alimentaires, puisqu’ils contenaient du tétrahydrocannabinol. On pense notamment aux responsables de la société Kanavape, ayant commercialisé la première cigarette électronique au CBD en France.

De la même manière, les gérants de la franchise StreetShop, à Toulouse, ont fait de la prison pour « incitation et provocation à l’usage et au trafic de stupéfiants » et pour « détention et offre de stupéfiants ». Les produits qu’ils vendaient dans leurs commerces ne respectaient effectivement pas la règlementation entourant le CBD, selon les autorités.

Comment consommer des produits au CBD, sans être dans l’illégalité ?

Dans l’hexagone, plusieurs commerçants profitent malheureusement de l’ambiguïté de cette législation pour vendre des produits contenant du THC. Leur but est évidemment de pouvoir commercialiser des dérivés du CBD, comme les autres détaillants.

Mais ils jouent parfois sur le pourcentage autorisé de THC dans le chanvre pour en inclure dans leurs articles, malgré les consignes claires du ministère de la Santé. Ainsi, consommer du cannabidiol peut paraître intimidant, si l’on ne veut pas dépasser le seuil de la légalité. En effet, vous ne souhaitez certainement pas vous procurer des dérivés du chanvre si vous n’êtes pas sûrs qu’ils respectent la règlementation française.

C’est la raison pour laquelle il est recommandé de toujours se fier à des commerçants reconnus avant d’acheter de tels produits. Pour cela, vous pourrez vous renseigner auprès de détaillants établis, définissant la provenance exacte de leurs articles et leur teneur en CBD ainsi qu’en THC.

De cette manière, vous pourrez profiter des bienfaits du Cannabidiol, tout en respectant la règlementation établie. De plus, vous serez en mesure d’utiliser ce complément alimentaire au quotidien et l’ajouter à vos recettes préférées.

Être vegan sans souffrir de carences alimentaires

carence vegan

Par définition, un vegan est une personne qui, généralement par souci du développement durable et de respect de l’animal, exclut de son alimentation tous les produits d’origine animale, c’est-à-dire la viande, le poisson, les produits laitiers, le miel et les œufs.

Ces restrictions alimentaires peuvent limiter gravement certains apports en nutriments fondamentaux à une bonne santé et qui sont parfois difficilement remplaçables par une alimentation exclusivement d’origine végétale.

Les conséquences?

Des insuffisances qui peuvent être graves et favoriser l’apparition de maladies. Alors, comment y remédier? Nous vous proposons dans cet article de découvrir, si vous êtes vegan, comment éviter les carences alimentaires.

Pourquoi est-il recommandé que les vegans consomment des compléments alimentaires?

La pyramide alimentaire est un modèle visuel qui préconise les quantités de produits issus des divers groupes alimentaires qu’il faut consommer pour combler nos besoins en lipides, glucides, protéines, fibres, vitamines et minéraux. Ainsi, selon ce guide, une alimentation riche et variée est essentielle à notre santé.

Les vegans n’ont pas un régime alimentaire du type omnivore et il peut être plus difficile pour eux de satisfaire tous leurs besoins.

Les carences peuvent passer inaperçues dans une phase précoce, mais si elles ne sont pas rapidement prises en compte, elles peuvent avoir de graves conséquences sur la santé.

Baisse de l’immunité, défaillances intellectuelles et anémie sont certains exemples de problèmes pouvant se produire.

En outre, selon une étude comparative publiée dans le European Journal of Clinical Nutrition (1), les vegans sont plus enclins à avoir des fractures des os que le reste de la population. Le calcium et la vitamine D étant essentiels à une bonne densité osseuse et ne se trouvant pas en quantité suffisante dans leur alimentation, leur santé des os peut devenir fragile.

Pour toutes ces raisons, il est important que les vegans intègrent souvent un complément alimentaire vegan dans leur alimentation.

Comment choisir son complément alimentaire vegan ?

Au moment d’acheter votre complément alimentaire, il est important d’avoir la garantie que le produit est certifié 100 % vegan afin de ne pas se sentir trompé par les fabricants.

Comme pour les produits biologiques, il existe pour les produits vegan des certifications apposées sur le produit, comme garants d’un contrôle rigoureux du respect des principes du vegans. Vous pouvez ainsi consommer ces produits en toute confiance.

Le label Eve Vegan est l’un des plus connus et il est reconnaissable à ses deux couleurs : vert et blanc.

Eve Vegan est un organisme français qui intervient sur le terrain à toutes les étapes du processus de fabrication pour contrôler le mode de production du produit final ainsi que tous les intervenants de la chaîne de production : produits, agriculteurs et services associés.

Un produit avec ce label vous assure que tout a été respecté, jusqu’aux emballages qui sont écologiques.

Il existe de nombreux autres labels, proposés par des organismes associatifs situés sur plusieurs continents.

En tout, ce sont 19 agences qui sont reconnues comme officielles, même si actuellement la certification vegan n’est pas encore dûment encadrée par la loi.

Quels vitamines et minéraux pouvons-nous trouver dans les compléments alimentaires ?

Les meilleurs compléments alimentaires incluent généralement dans leur composition :

  • Les vitamines C, B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, D3, K2
  • Du camu-camu : c’est un fruit riche en vitamine C qui favorise la santé oculaire, le système immunitaire et évite les inflammations.
  • Le champignon du soleil (Bio) : ce champignon participe au renfort de la fonction immunitaire et cardiovasculaire ainsi qu’à la santé du foie.
  • Fer
  • Iode
  • Sélénium

L’importance de la vitamine B12

Cette vitamine joue un rôle primordial dans l’équilibre des systèmes sanguin et nerveux, car elle est favorise la production de globules rouges, le transport d’oxygène ainsi que la reproduction cellulaire et la synthèse de protéines.

En somme, elle est présente dans des fonctions physiologiques importantes. Le problème est que cette vitamine n’existe, sous sa forme la plus absorbable, que dans les produits d’origine animale et en particulier dans les viandes rouges, les crustacés, les poissons, les fromages et les œufs.

C’est par conséquent une carence que les vegans présentent très fréquemment et qui peut provoquer les symptômes suivants :

  • Anémie et fatigue
  • Défaillance de la mémoire et de la concentration
  • Perturbation de l’écosystème intestinal
  • Troubles hormonaux
  • Stress chronique pouvant entraîner une dépression

Si certains produits fermentés comme la choucroute contiennent cette vitamine, la teneur est cependant tellement résiduelle qu’elle est insuffisante pour combler les apports journaliers recommandés (entre 2,5 et 6 µg par jour).

Quelques conseils finaux pour la correcte prise de compléments alimentaires

Pour éviter tous risques d’allergies ou d’interaction médicamenteuse, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant avant d’initier la prise de compléments.

Lisez attentivement la note explicative qui accompagne le produit pour bien comprendre sa composition et limitez-vous à consommer la quantité indiquée pour éviter un surdosage.

Attention aux produits falsifiés : achetez en toute conscience. Pour cela, faites l’acquisition de produits labellisés vegan qui vous garantissent l’origine et la composition.

Enfin, n’essayez pas de remplacer une alimentation saine et équilibrée par la prise systématique de compléments alimentaires. Gardez bien présent à l’esprit que le meilleur moyen pour couvrir tous les besoins nutritionnels et, si possible, d’avoir une alimentation diversifiée.

Alors, si vous êtes vegan, ne compromettez pas votre santé. Soyez sûrs que vous ne manquez de rien pour un état de forme optimal et pensez à intégrer dans votre alimentation, de forme consciente et modérée, des compléments alimentaires vegan certifiés.

Source :

(1) – nature.com/articles/1602659

Guide des antioxydants, bienfaits, rôles et sources

antioxydants

Depuis quelques années, nombreuses sont les personnes qui vantent les bienfaits des antioxydants sur le corps.

On leur prête de nombreuses vertus, telles que ralentir le vieillissement cellulaire ou prévenir l’apparition de cancers. Mais qu’est-ce qu’un antioxydant exactement ?

Quel est son rôle dans le corps humain et comment le trouver ? Nous vous proposons de vous expliquer tout sur les antioxydants dans cet article.

Qu’est-ce qu’un antioxydant ?

Un antioxydant est une molécule qui empêche les radicaux libres de venir attaquer les composants de nos cellules.

Dans notre corps, les réactions d’oxydations sont fréquentes et permettent entre autres de produire de l’énergie. Seul problème, à la fin de la réaction, des radicaux libres peuvent être libérés et leur action est souvent destructrice.

Ainsi, ces radicaux libres peuvent s’attaquer à nos cellules, nos lipides, nos protéines et même notre ADN. Un antioxydant va permettre de réagir avec ces radicaux libres à la place de nos molécules et donc de les préserver.

Où trouver des antioxydants ?

Comment se supplémenter en antioxydant ? Si vous souhaitez vous supplémenter, préférez vous orienter au maximum vers des produits majoritairement sans excipients, sans additifs, sans OGM, sans gluten et fabriqués en France si possible, à l’image des compléments alimentaires proposés par Nutri&Co, expert en nutraceutique.

Curcuma

Le curcuma est un antioxydant extrêmement puissant. Il surpasse presque tous les aliments antioxydants que vous connaissez : seul le Rhus a une activité antioxydante plus puissante.

Pas étonnant que le curcuma soit vendu en complément alimentaire.

Spiruline

La spiruline est déjà connue pour être un super aliment. Mais elle est aussi un très bon antioxydant : elle contient de la vitamine E, de la vitamine C et de la phycocyanine aux propriétés antioxydantes.

Mais ce n’est pas tout, puisqu’elle renferme aussi une des enzymes antioxydantes les plus puissantes au monde !

Les compléments multivitamines

Les compléments alimentaires contenant un cocktail de vitamines sont aussi des antioxydants très efficaces.

Plus particulièrement, les vitamines A, C, D et E sont connues pour leur action efficace contre les radicaux libres.

Le sélénium

Le sélénium est un oligo-élément. Outre un effet anticancer et une aide au maintien des défenses immunitaires, le sélénium est un très bon antioxydant.

Où trouver des antioxydants dans l’alimentation ?

anti oxydants

Comme nous l’avons déjà dit, les vitamines, et particulièrement la vitamine C, sont de très bons antioxydants.

Il existe aussi d’autres composés tels que les caroténoïdes, les polyphénols ou encore les flavonoïdes qui sont efficaces contre les radicaux libres.

Voici les plantes et aliments qui en contiennent le plus :

  • La noix : grâce à l’action des flavonoïdes et de la vitamine E combinés, elle absorbe les radicaux libres de manière très efficace. Les noisettes, les amandes, et les noix de pécan la suivent de près !
  • Les fruits des bois : la canneberge, la myrtille, la fraise, la framboise et les mûres, ces fruits ont en commun leur richesse en vitamines E et C qui luttent contre les radicaux libres.
  • La pastèque, goyave, tomate et papaye : ici, ce ne sont pas tant les vitamines que les caroténoïdes (pigments orange-rouge) qui permettent à ces fruits d’être des antioxydants très efficaces.
  • Les épices : le clou de girofle, la cannelle, le persil, le thym ou encore l’origan sont des épices contenant des antioxydants, de quoi donner encore plus envie d’épicer ses plats !
  • Les légumes verts sont souvent riches en vitamines dont la vitamine C. C’est le cas de l’épinard, du chou de Bruxelles, du brocoli ou encore du chou vert.
  • Ces produits dont on ne soupçonne pas l’effet antioxydant : on les croit mauvais pour la santé pourtant le chocolat noir, le vin rouge ou encore le sirop d’érable aident à lutter contre les radicaux libres !

Comment savoir si l’on ne consomme pas assez ou bien trop d’antioxydants ?

Nous avons vu les effets délétères du stress oxydant, mais consommer trop d’antioxydants n’est pas bon non plus. Il s’agit de trouver un juste équilibre et de prendre une dose correcte de ces anti-radicaux libres.

Pour savoir si votre organisme manque d’antioxydants, il faut réaliser un bilan dans des laboratoires spécialisés dans les CHU.

Certains autres paramètres mesurés lors des prises de sang peuvent laisser penser à un problème de stress oxydatif : la CRP et la proportion de protéines ayant été oxydées par exemple.

À l’inverse, on peut parfois consommer trop d’antioxydants. On connaît alors peu les effets indésirables à long terme, mais il est certain que le corps a tout de même besoin de radicaux libres pour pouvoir fonctionner.

En effet, ces radicaux libres permettent par exemple au foie d’éliminer certains déchets.

Ainsi, une alimentation équilibrée va subvenir à vos besoins sans avoir à y penser. Comme nous avons pu le voir, les antioxydants se cachent dans beaucoup de fruits, légumes et plantes.

Pour ce qui est des compléments alimentaires, il faut être vigilant et tout simplement respecter la dose conseillée.

Quels sont les bienfaits d’un bon apport en antioxydants ?

Un bon apport en antioxydant permettrait de réduire le risque d’apparition de cancer et de maladies liées au vieillissement tel que l’Alzheimer. Les maladies inflammatoires aussi pourraient être prévenues par la consommation d’antioxydants.

Enfin, ils permettent de ralentir le vieillissement des cellules dans l’ensemble du corps en prévenant des dommages causés par les radicaux libres. Ainsi, l’effet serait notable sur la peau par exemple.

Là où les bienfaits des antioxydants sont les plus visibles, c’est :

  • Chez les sportifs, car l’apport permet un meilleur rétablissement après l’exercice.
  • Chez les femmes ménopausées, car le manque d’œstrogène les rend vulnérables aux radicaux libres.
  • Chez les seniors, car le taux d’antioxydants a tendance à diminuer avec l’âge.
  • Chez les fumeurs chez qui le stress oxydatif est souvent excessif.

Conclusion

Le stress oxydatif est une réaction naturelle, mais qui, produite en excès, occasionne un vieillissement cellulaire prématuré.

Pour lutter contre les radicaux libres, on peut se supplémenter avec des compléments alimentaires efficaces ou trouver les antioxydants dans notre alimentation, si cette dernière est saine et équilibrée, alors il n’y a pas à s’inquiéter.

Trop d’antioxydant serait mauvais, ainsi, tout se joue sur l’équilibre pour obtenir tous les bienfaits des antioxydants !

Carence en magnésium, quels sont les symptômes ?

manque de magnesium

Le magnésium, comme le fer et le calcium, est un minéral essentiel au bon fonctionnement de notre organisme.

Il a un rôle prépondérant dans la régénération des cellules du corps humain, ainsi que la transmission neuromusculaire.

Pourtant, plusieurs études menées ces 25 dernières années démontrent qu’une très large partie de la population souffre de carences en magnésium.

Au total, près de 4 individus sur 5 serait en manque de magnésium, et cela se traduit par divers symptômes plus ou moins faciles à diagnostiquer. On vous en parle.

La fatigue musculaire : un symptôme majeur du manque de magnésium !

L’un des principaux symptômes du manque de magnésium, c’est la fatigue musculaire.

Elle peut se traduire par divers signes, tels qu’une fatigue oculaire, des spasmes au niveau des paupières, mais aussi des courbatures ou des crampes au niveau des jambes et des épaules.

Les personnes souffrant de carences critiques peuvent également souffrir de spasmophilie, un symptôme très handicapant et qui peut être dangereux à très court terme.

Ces symptômes de fatigue musculaire sont à prendre très au sérieux pour les personnes pratiquant une activité sportive régulière.

En effet, le magnésium est un minéral essentiel dans la régénération cellulaire, il est donc indispensable à la récupération sportive et un sportif souffrant d’un manque de magnésium a plus de risque de se blesser à l’entrainement ou de souffrir d’un claquage musculaire.

Le stress et l’anxiété : des symptômes critiques d’une carence en magnésium !

Si la fatigue ou le manque d’énergie peuvent être facilement décelés chez les personnes souffrant d’un manque de magnésium, le stress, l’anxiété, voire la dépression, sont autant de symptômes psychologiques pouvant également résulter d’une carence en magnésium.

Une étude réalisée sur des enfants hyperactifs souffrant d’un déficit d’attention a par ailleurs démontré que ces enfants souffraient d’un déficit chronique en magnésium en raison de leur maladie.

Les chercheurs leur ont administré du magnésium quotidiennement avec pour résultat de nets progrès en termes de concentration et de baisse d’irritabilité.

Un déficit en magnésium peut également provoquer divers maux de tête. Le magnésium est ainsi un élément essentiel dans la circulation sanguine et les céphalées dont peuvent souffrir certaines personnes résultent d’un manque de magnésium dans le sang duquel découle une mauvaise irrigation du cerveau.

Le manque de magnésium tient également du cercle vicieux chez les personnes atteintes de stress ou d’anxiété chronique.

Ainsi, d’un côté la carence du minéral entraîne du stress, duquel découle une libération massive d’hormones qui entrainent elles-mêmes une baisse du magnésium dans l’organisme.

La seule façon de traiter ces problèmes d’anxiété chronique consiste donc à faire appel à des compléments alimentaires, à condition que ceux-ci soient choisis avec soin et ne créent pas de dépendance à moyen long terme.

Les compléments alimentaires : alliés du quotidien contre les déficits en minéraux ?

symptômes manque de mangnesium

Pour traiter les symptômes physiques et psychologiques du manque de magnésium, vous pouvez dès aujourd’hui faire appel à des compléments alimentaires.

Il en existe des tonnes sur le marché et les parapharmacies croulent sous les références. Cependant, pour obtenir des résultats concrets et durables, nous conseillons de faire appel à des produits écologiques et sans additifs.

En effet, la majorité des compléments alimentaires que l’on trouve en commerce ont le défaut majeur de provoquer certaines dépendances ou de ne pas délivrer les résultats souhaités par les patients.

En faisant appel à un laboratoire tel que UNAE, spécialisé dans les compléments alimentaires éthiques et écologiques, vous êtes sûrs de trouver le complément alimentaire idéal pour traiter un manque de magnésium ou une carence en vitamines.

PhenQ ! Dites “You’re not welcome !” à ces pilules minceur

avis phenq

PhenQ n’est pas vraiment une nouvelle pilule minceur que l’on projette sur le devant de la scène, elle existe depuis 2013, elle a donc 5 longues années remplies de promesses de perte de poids derrière elle !

Mais est-ce efficace pour autant ? C’est ce que nous allons vraiment essayer de voir aujourd’hui de manière objective (de toute façon vous verrez vite que je n’ai rien à vous vendre).

Le sujet n’est pas facile, car il s’avère pénible de trouver des sources qui ne vantent pas PhanQ pour vous en vendre, les recherches sont donc assez tumultueuses, j’ai néanmoins pris le temps d’examiner les ingrédients, les effets secondaires, les études cliniques sur le sujet, les commentaires des utilisateurs, les vidéos, etc.

Le contexte

Il est devenu en 2018 bien plus facile de croire en une pilule amaigrissante que d’entreprendre un régime, ce n’est pas nouveau. Des pilules minceur, des compléments brûleurs de graisse, il y en a partout de nos jours et la triste réalité est que la plupart d’entre eux ne fonctionnent pas ! Le principe quant à lui reste toujours le même.

On combine des ingrédients, on sort un nouveau produit, on fait quelques études financées par un laboratoire souvent loin d’être indépendant, on a les résultats “que l’on veut”, on crée une énorme plateforme de marketing, on fait un battage publicitaire pour manipuler les gens et les inciter à dépenser de l’argent pensant qu’ils vont enfin pouvoir perdre du poids sans effort devant les témoignages d’autrui (gage de véracité absolu), et on s’en met plein les fouilles côté fabricants et revendeurs.

Quand les gens n’avalent plus la pilule (façon de dire), on en ressort une autre en modifiant les ingrédients et “bis repetita placent”.

Habituellement les pilules amaigrissantes se concentrent sur deux facteurs de la perte de poids que sont :

  • la suppression de l’appétit
  • l’augmentation du métabolisme (afin de brûler plus de graisses)

Mais PhenQ promet que leur pilule offre beaucoup plus que cela, et leur marketing soutient que le comprimé PhenQ vous aidera à réduire votre appétit, à brûler les graisses stockées et à prévenir la production et le stockage de graisses supplémentaires. Est aussi annoncé que PhenQ vous aidera à améliorer votre humeur et à augmenter votre niveau d’énergie. La formule de ce complément alimentaire est bien entendu très “puissante” avec un mélange unique d’ingrédients qui stimulent le métabolisme et suppriment l’appétit en même temps.

On a presque envie d’y croire !

Ce qui est vrai toutefois, c’est que les ingrédients utilisés forment un mélange unique et breveté. Ce complexe breveté s’appelle “A-LACYS RESET®” est serait gage de l’efficacité du produit.

Des risques pour la santé ?

PhenQ est fait d’ingrédients naturels, mais naturels ne signifie pas pour autant dénué d’effet secondaire (d’autant que ce sont les principes actifs qui sont naturels), et en voici quelques-uns du PhenQ :

  • agitation
  • diarrhée
  • maux de tête
  • nausées

Comme ce complément peut produire des sensations d’agitation, il est recommandé de ne pas en prendre après 15h afin d’éviter qu’il interfère avec votre sommeil. Si vous constatez des effets secondaires, vous devez cesser la prise et consulter immédiatement un médecin.

Le picolinate de chrome présent dans le supplément aura un effet sur votre taux de sucre dans le sang. Les diabétiques qui prennent des médicaments sont priés de ne pas prendre ce supplément, car il causera des interactions négatives avec les médicaments contre leur condition.

Les femmes enceintes et allaitantes et les personnes âgées de moins de 18 ans ne devraient pas non plus prendre ce supplément.

Le PhenQ remplit-il son rôle quant à la perte de poids ?

Après tout, c’est un peu pour ça que des millions de gens l’achètent non, et à en croire les avis sur PhenQ, le produit fonctionne à merveille.

PhenQ est commercialisé en tant qu’aide efficace pour la perte de poids sous forme de comprimés. Le produit a une liste d’ingrédients qui agissent de multiples façons pour aider les gens dans leurs objectifs.

Les ingrédients de PhenQ comprennent :

  • le fameux a-Lacys Reset
  • Picolinate de chrome
  • Capsimax en poudre, contient entre autres de la capsaïcine, molécule extraite du piment et qui permettrait de brûler des graisses de manière minimale
  • Cafeine, l’un des composants des plus fréquent en brûleur de graisse
  • Carbonate de calcium
  • Nopal, un cactus riche en fibres qui favoriserait l’excrétion des graisses fécales selon cette étude
  • L-carnitine qui permettrait de réveiller la fonction oxydatrice, souvent utilisée pour le perte de graisse, bien qu’aucune donnée n’appuie cette indication…

C’est ce mélange d’ingrédients clés qui aiderait non seulement à bloquer la production de graisses, mais aussi à brûler les graisses stockées, à supprimer l’appétit et à stimuler le métabolisme et l’humeur.

Il y a certes des études cliniques qui soutiennent la capacité de certains de ces ingrédients à aider minimalement à la perte de poids (rien de transcendant), mais très peu (pour ne pas dire aucune) d’études quant à l’efficacité de la pilule PhenQ en lui même.

Je n’ai trouvé aucune étude clinique sur l’efficacité du PhenQ ni sur celle de son complexe breveté, le fameux a-Lacys Reset. Pas faute d’avoir demandé pourtant…

phenq avis
C’est scientifiquement prouvé que ça marche et il faut le croire puisqu’on vous le dit ! C’que vous êtes sceptique Rhoooo

PhenQ pallie ce manque de données scientifiques en mettant en avant des pseudo “success stories” de consommateurs ravis du produit et de la perte de poids induite par ce dernier…mouais…je suis vraiment de plus en plus convaincu moi !

Combien coûte PhenQ ?

Si vous choisissez de vous faire votre propre avis sur ces pilules amincissantes, sachez que vous en avez la possibilité pour la modique somme de 65,95€ par mois Michel, soit environ deux fois l’abonnement à une salle de sport ou un gros plein de légumes.

Je ne vous mets pas de liens pour aller acheter cette “petite merveille”, j’espère que vous trouverez de vous-même le site officiel (ou la voie de la raison).

Si vous insistez pour acheter PhenQ, assurez-vous d’acheter ou de bien regarder la liste des ingrédients si vous achetez ailleurs que sur le site officiel. La liste des ingrédients doit indiquer la quantité de chaque ingrédient contenu dans le produit. Un complément PhenQ authentique devrait contenir les ingrédients ci-dessous dans les quantités indiquées ;

  • Carbonate de calcium – 625 mg
  • Caféine – 150 mg
  • L-Carnitine – 142,5 mg
  • A-Lacys – 25 mg
  • Nopal – 20 mg
  • Extrait de pipérine – 3 mg
  • Picolinate de chrome – 80 mcg

Conclusion : est-ce bien la peine d’alléger son porte-monnaie ?

Ce qui pourrait faire que PhenQ est plus efficace que ses concurrents :

  • il s’appuie sur de multiples études scientifiques.
  • Ces études ont été réalisées par des tiers.
  • Les études ont également été réalisées sur des ingrédients individuels.
  • Il comprend un ingrédient breveté dont l’efficacité a semble t-il été démontrée.
  • Il comprend un mélange d’ingrédients que l’on ne retrouve dans aucun autre produit.

Ce que nous n’aimons pas chez PhenQ :

  • Les faux témoignages partout sur le net
  • Le prix élevé
  • Le fait qu’on est pas accès aux sources des études sur le complexe utilisé par PhenQ

Je crois qu’au plus profond de vous, vous connaissez la réponse à cette question, pas vrai ?

À première vue, on est sur un produit qui semble très prometteur qui appuie essentiellement son potentiel succès sur des études cliniques menées individuellement sur chacun des différents ingrédients du produit, études à priori valables.

Alors admettons.

Ce qui est plus gênant je trouve, c’est qu’aucune étude n’est accessible quant aux résultats de PhenQ. Il y a bien des chiffres avancés (comme le parte de 3,44% de poids chez les sujets), mais pas de source. Légalement, c’est ok, PhenQ n’a pas à montrer les études cliniques réalisées pour avancer quoi que ce soit (c’est bien dommage), mais c’est un peu troublant.

L’autre chose qui me gêne, c’est qu’Internet est aujourd’hui truffé de faux témoignages sur des forums à forte visibilité et autres blogs. Certains blogueurs sont prêts à assurer que ça marche pour avoir leur part du gâteau.

À partir du moment où vous avez entré la recherche “PhanQ avis” dans votre navigateur, c’est qu’une part de vous doute à 98%, alors que les 2 derniers pour cent espèrent tomber sur des avis flatteurs vantant l’efficacité du produit, pouvant définitivement vous pousser à acheter.

Et de tels avis, vous allez en trouver, car le net est loin d’être objectif quand il y a un intérêt économique dans la balance !

Quant aux témoignages vidéo de PhenQ. Certains semblent dire que ces témoignages pourraient être pipés et avoir été réalisés par des acteurs pour établir un redoutable stratagème marketing, car la preuve par l’exemple reste encore aujourd’hui la meilleure façon de pousser quelqu’un à l’achat.

Si vous envisagez d’acheter PhenQ, assurez-vous au moins de bien vérifier l’étiquette des ingrédients, surtout si vous achetez en ligne sur un site différent du site officiel. Si vous êtes sur un site qui n’indique pas l’étiquette des ingrédients, il y a de fortes chances que vous soyez sur un faux produit ou une contrefaçon.

En conclusion, je ne dis pas que cela ne marche pas, je dis simplement que c’est très cher et qu’il y a sans doute mieux à faire. Ce n’est pas non plus dénué d’effets secondaires, et cela n’a rien de “naturel” quoiqu’en disent les principes actifs. Les pilules minceur et autres fat burner sont très à la mode, mais gardez à l’esprit que rien ne vous fera jamais plus maigrir qu’une alimentation pauvre en sucre et en graisse, riche en protéines et en fibres, le tout accompagné d’une bonne dose de sport !

D’autre part, ces petites pilules, efficaces ou non, ne serviront à rien si votre alimentation est déséquilibrée et votre niveau de sédentarité au plus bas.