Category: Compléments alimentaires

C’est un fait : le vieillissement de la population dans les pays développés se traduit par une hausse de la survenue des affections de longue durée. D’autre part, nos modes de consommation et manières de vivre modernes fragilisent notre santé et nous exposent à de nouveaux facteurs de risque (stress, tabac, obésité, pollution, alcool…) qui peuvent provoquer sur le long terme de multiples maladies chroniques : cancers, maladies cardiovasculaires, diabète, etc. Ainsi, depuis une trentaine d’années, toutes les enquêtes alimentaires concordent pour montrer que l’alimentation des Français présente de nombreuses carences en vitamines et en minéraux. Un exemple parmi tant d’autres : plus d’un adulte sur deux a des apports en vitamine C en dessous des Apports Nutritionnels Conseillés (ANC). A votre échelle, il est donc essentiel de revoir notre alimentation afin de la rendre riche et variée et de limiter les facteurs de risque. Il est aussi éventuellement possible de prévenir les carences avec certains compléments alimentaires, une option intéressante si et seulement on les prend comme il se doivent d'être pris : en complément.

Qu'est-ce qu'une carence ?

Les carences nutritionnelles résultent d’un déséquilibre entre les apports alimentaires et les besoins en nutriments de l'organisme (protéines, glucides, lipides, oligo-éléments et vitamines). En France, elles concernent une grande partie de la population et sont reconnues comme favorisant la survenue de certaines maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, etc). Les plus courantes sont les déficiences en fer, en vitamine D, en magnésium, en zinc et en calcium. Une alimentation équilibrée suffit pour apporter tous les nutriments qui sont nécessaires, mais beaucoup de Français rencontrent en pratique des difficultés pour s’alimenter de façon riche et variée tout au long de l’année. Des compléments alimentaires comme ceux du site Top Complément peuvent alors être indiqués pour pallier les déficits sous certaines conditions et avec toujours l'aval de son professionnel de santé. Voyons quelques exemples.

La réduction des carences en fer

Dans le monde, environ deux tiers des femmes non ménopausées et non enceintes souffrent d’anémie, un appauvrissement du sang caractérisé par la diminution des globules rouges et/ou de l’hémoglobine transportée par chacun d’eux. Cette affection résulte dans la plupart des cas d’une carence durable en fer. C’est pourquoi il est très courant et recommandé pour traiter et prévenir l’anémie d’enrichir l’alimentation en fer avec des compléments alimentaires adaptés. Cette carence en fer est encore plus importante chez la femme enceinte, et peut devenir très problématique si cette dernière consomme par ailleurs peu de viande et de poisson, et si elle était sous stérilet avant la conception.

La réduction des carences en vitamine D

Certaines études scientifiques constatent depuis des années une généralisation du déficit en vitamine D chez les Français, déficience qui est, de plus, souvent sous-diagnostiquée. On estime ainsi qu’en France 80% de la population présente ce déficit (source). Une insuffisance qui est même très sévère pour 5 % des Français. Quels en sont les symptômes ? Une carence en vitamine D se manifeste d’abord par un état de fatigue chronique, des faiblesses musculaires et parfois même des crampes, même si ces manifestations peuvent s’aggraver. Sur le long terme, les risques sont nombreux : fracture, ostéoporose, défaut de minéralisation osseuse, etc. Si vous présentez un déficit et que vous ne parvenez à le combler par votre alimentation (poissons gras notamment), votre médecin pourra alors vous recommander de prendre en hiver des ampoules de vitamine D en cure.

La réduction des carences en magnésium

Oligo-élément essentiel, le magnésium doit être régulièrement apporté à l’organisme, car il n’y est que peu stocké. Les Apports Nutritionnels Conseillés (ANC) quotidiens ont été fixés par l’AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) à 360 mg pour une femme de soixante kilos et à 420 mg pour un homme de soixante-dix kilos (source). À noter qu’ils sont plus élevés si vous êtes enceinte ou sportif(ve). Quels en sont les symptômes ? Une carence peut se manifester par :
  • de la fatigue (le magnésium joue un rôle dans la qualité du sommeil notamment)
  • du stress
  • l'impression d'avoir un cerveau au ralentit
  • de la nervosité
  • de l’irritabilité
  • des tremblements des joues des paupières et/ou des lèvres
  • des crampes.
Si vous présentez ces symptômes, une source complémentaire de magnésium vous sera très utile. Fort heureusement, il est simple de combler une carence en magnésium via son alimentation, fruits de mer, noix en tout genre, soja, chocolat noir, céréales complètes etc. Les compléments alimentaires viendront là encore, en dernier recours, par exemple si vous êtes vraiment stressé(e) ou débutez un sevrage tabagique. Les compléments alimentaires peuvent donc se montrer intéressant pour pallier certaines de nos carences dans le cas où l'alimentation ne le permet pas ou plus (manque d'appétit chez les seniors par exemple ou régime particulier). Il est un autre domaine que les carences dans lequel les compléments alimentaires peuvent avoir un impact positif, il s'agit des maladies chroniques.

Contre l’ostéoporose ?

compléments alimentaires senior Le nombre de cas d’ostéoporose est en perpétuelle augmentation avec le vieillissement croissant de la population. Selon la Société Française de Rhumatologie, les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes. Ainsi, alors qu’un homme sur six en souffre après 65 ans, c’est le cas de près de deux femmes sur cinq. Ce chiffre explose pour les octogénaires : il s’élève à 70% chez les femmes âgées de plus de 80 ans. Par conséquent, on constate une nette augmentation du nombre de fractures liées à l’ostéoporose : 51 000 fractures de hanche, 35 000 fractures de poignet, entre 40 000 et 65 000 fractures vertébrales et 12 000 fractures de l’humérus en 2019. Une méta analyse de 2015 intitulée « Effectiveness and safety of calcium and vitamin D treatment for postmenopausal osteoporosis » et publiée dans le journal Minerva Endocrinologica, spécialisé dans les maladies du système endocrinien, avait conclu qu’une supplémentation en vitamine D et en calcium chez les adultes qui ont des carences permettrait le ralentissement de la perte de masse osseuse.
"Selon les données actuellement disponibles, la vitamine D, à une dose d'au moins 800 UI/jour, seule ou en combinaison avec des médicaments antirésorptifs, devrait être administrée aux patients ostéoporotiques et ostéopéniques pour une prévention primaire et secondaire."
En écrivant toutefois que le débat restait ouvert et qu'il était nécessaire de mener d'autres études pour clarifier les indications et les contre-indications.

Pour diminuer le taux de cholestérol ?

L’hypercholestérolémie concerne aujourd’hui près d’un cinquième des Français, mais les personnes âgées de 45 à 65 ans sont les plus touchées. Plusieurs compléments alimentaires semblent être efficaces pour réduire le cholestérol et viennent compléter les différentes mesures hygiéno-diététiques : les oméga-3, la levure de riz rouge et les phytostérols. Une étude américaine a montré que la consommation de ces compléments alimentaires permettait d’éviter certaines complications qui font suite à une pathologie cardiovasculaire.

La protection contre l’aggravation de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est une maladie qui survient généralement après la cinquantaine. Elle concerne en effet 8% de la population de cette tranche d’âge. Cette affection est responsable de la perte progressive de la vision centrale, ce qui provoque des difficultés pour lire, conduire ou même reconnaître les visages. Le National Eye Institute a montré en 2001, dans une étude qui a fait autorité, qu’une supplémentation en anti-oxydants à forte dose permettait de contenir chez certains patients l’évolution de la DMLA. Ce qu'il faut retenir, c'est que les compléments alimentaires doivent être utilisés avec prudence et ne devrait jamais venir qu'en second plan d'habitudes alimentaires revue. Leur intitulé doit toujours vous rappeler ce qu'ils sont : des compléments. Toujours est t-il que dans certaines conditions bien particulières, ils peuvent se montrer intéressants.