Category: Santé

Ballonnements intestinaux : à quoi sont ils dus ?

balonnements intestinaux

do my work for meLes ballonnements intestinaux se produisent lorsque l’abdomen se remplit d’air ou de gaz. Cela peut donner l’impression que la zone est plus large qu’à la normale, ou enflée. L’abdomen peut se alors être dur ou contracté au toucher, s’en ressent une gêne, des douleurs et de l’inconfort.

Quels sont les causes possibles ?

Elles sont nombreuses, et l’on peut citer parmi elles :

  • une intolérance au lactose
  • un reflux gastrique
  • une constipation
  • une occlusion intestinale
  • une dyspepsie (troubles digestifs)
  • une gastro-entérite virale (grippe intestinale)
  • un syndrome prémenstruel (SPM)
  • une intolérance au gluten
  • une hernie hiatale
  • une infection à H. pylori
  • une coliques
  • une diverticulite (infection du côlon)
  • un syndrome du côlon irritable (SII)
  • un kyste ovarien
  • un infection à E. coli
  • des calculs biliaires
  • une endométriose
  • une hernie
  • une infection des voies urinaires (UTI)
  • l’appendicite
  • la maladie de Crohn
  • une péritonite
  • une infection par les ankylostomes
  • une amibiase
  • un cancer de l’estomac
  • un cancer des ovaires
  • une fibrose kystique
  • un lymphome non hodgkinien
  • etc…

Bref, pas mal de causes possibles comme vous pouvez le constater !

Quand consulter son médecin ?

Dans certains cas, les ballonnements abdominaux et des douleurs surviennent en raison d’un problème grave. Consulter un médecin si vous avez des douleurs abdominales et des ballonnements qui apparaissent soudainement accompagnés de :

  • vomissement non contrôlé
  • sang dans votre vomi
  • sang dans vos selles
  • perte de conscience
  • absence de selle pendant trois jours
  • diarrhée non maîtrisée

Prenez rendez-vous avec votre médecin si vous avez des douleurs abdominales et des ballonnements :

  • après presque chaque repas que vous prenez
  • accompagnés de nausées
  • avec des selles douloureuses
  • lors de rapports sexuels douloureux

La liste n’est pas exhaustive, n’attendez pas de consulter si vous pensez avoir un besoin de soins urgents.

Ballonnements abdominaux et traitements de la douleur

Les traitements pour le ballonnement abdominal et la douleur qui vient avec s’attaqueront à la condition sous-jacente. Des exemples peuvent inclure les antibiotiques pour les infections.

Si une occlusion intestinale s’avère être la cause, votre médecin peut encourager le repos intestinal en diminuant l’ingestion orale. S’il y a une déficience de circulation du contenu dans le tractus gastro-intestinal, votre médecin peut vous prescrire des médicaments pour favoriser la circulation intestinale.

Notez qu’une intervention chirurgicale peut être nécessaire dans les cas les plus graves.

Soins à domicile

Voici quelques suggestions de soins à domicile :

  • Buvez beaucoup d’eau et/ou d’autres liquides clairs pour aider à réduire les douleurs abdominales et les ballonnements.
  • Évitez les analgésiques comme l’aspirine, l’ibuprofène et autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens jusqu’ à ce que vous soyez certains que votre douleur n’est pas due à des problèmes types ulcère gastrique ou une obstruction intestinale.
  • Évitez les aliments solides pendant quelques heures au profit d’aliments mous et fades comme le riz ou la compote de pommes.
  • Essayez de prendre des médicaments en vente libre pour réduire les gaz, comme des gouttes de siméthicone ou des enzymes digestives, pour aider à soulager les ballonnements (le charbon végétal fonctionne très bien).

Localisez votre douleur

Où se situent vos ballonnements intestinaux exactement ?

La douleur peut se trouver dans différentes régions de l’abdomen, et à chacune d’entre elle sa signification. Les douleurs peuvent se situer n’importe où entre la poitrine et le bassin. On appelle communément ça des maux d’estomac. La douleur peut aussi se manifester sous forme de crampe. Les causes des ballonnements abdominaux et les douleurs peuvent varier (allant de légères à sévères).

La plupart du temps, elles surviennent en raison de:

  • suralimentation
  • gaz
  • indigestion

Ce type de ballonnement est normal et disparaîtra dans les deux heures qui viennent. En cas de grippe intestinale, vous pourriez ressentir une douleur intense ou des ballonnements qui vont et viennent avant chaque épisode de vomissements ou de diarrhée. Les virus de l’estomac disparaissent habituellement avec le repos et les soins à domicile.

Ce guide énumère les organes associés aux différents endroits où la douleur se manifeste.

Côté gauche de l’abdomen

En haut à gauche précisément, cette partie de l’abdomen contient une portion de votre estomac, la queue du pancréas et votre rate. La rate est un organe qui filtre le sang et soutient le système immunitaire.

Centre gauche/milieu

Le côlon transversal et l’intestin grêle forment le centre milieu/gauche de l’abdomen. L’intestin grêle est l’endroit où la plupart des aliments sont digérés. Le côlon transversal est la partie supérieure du gros intestin, où la nourriture non absorbée est transportée après avoir traversé le côlon ascendant. L’intestin grêle est l’organe qui occupe la plus grande partie de l’abdomen.

En bas à gauche

Les portions du côlon inférieur et sigmoïde sont la partie du système digestif qui stocke les restes de nourriture non absorbée et les déchets avant qu’ils ne quittent votre corps.

Milieu supérieur de l’abdomen

La partie supérieure du milieu de l’abdomen contient le foie, la région cardiaque de l’estomac, la région pylorique de l’estomac et le pancréas. Le foie filtre le sang et crée de la bile, une substance qui contribue à la décomposition et à l’absorption des graisses dans les aliments que vous mangez.

La région cardiaque de l’estomac est l’endroit où la nourriture entre par l’œsophage. La région pylorique de l’estomac est la dernière partie de l’estomac avant que les aliments ne pénètrent dans le duodénum de l’intestin grêle. Le pancréas est un grand organe glandulaire qui libère des enzymes digestives et des hormones.

Milieu inférieur de l’abdomen

La partie médiane inférieure de l’abdomen contient la vessie, le rectum et l’anus. La vessie urinaire est l’organe où vous recueillez l’urine pour l’excrétion hors du corps par l’urètre. Le rectum entre dans l’anus, la dernière section du gros intestin qui transporte les selles pour l’excrétion du corps.

Côté droit supérieur de l’abdomen

Le côté supérieur droit de votre abdomen contient la vésicule biliaire, le foie et la première partie de l’intestin grêle. La vésicule biliaire est une petite poche qui emmagasine la bile fabriquée par le foie. Le duodénum, connu sous le nom de première partie de l’intestin grêle, est l’endroit où les aliments se vident de l’estomac dans l’intestin grêle.

Côté droit de l’abdomen

Le centre du côté droit de l’abdomen contient le côlon supérieur et le côlon transversal. La nourriture passe alors du côlon supérieur au côlon transversal.

En bas à droite

Le cæcum du gros intestin avec l’appendice et l’intestin grêle se trouve dans le côté inférieur droit de l’abdomen. Le cæcum est la première partie du gros intestin à laquelle l’extrémité de l’intestin grêle se connecte. Certains experts croient que l’appendice joue un rôle dans le système immunitaire. D’autres pensent que cela n’ a pas de sens.

Diagnostic

Si votre médecin effectue un examen physique et soupçonne qu’un problème de santé cause de quelconques ballonnements abdominaux , il effectuera divers examens médicaux. Les types de tests menés dépendront de vos antécédents médicaux et des résultats de votre examen physique.

Voici quelques tests courants pour les problèmes intestinaux

  • Hémogramme complet: Ce test vérifie le taux de différentes cellules sanguines afin d’éliminer une infection ou de détecter une perte de sang.
  • Test d’urine: Ce test permet de dépister les infections urinaires et autres troubles des voies urinaires. Est aussi vérifiée la grossesse si vous êtes une femme.
  • Analyse des selles: Ce test permet de déceler les anomalies dans vos selles qui pourraient indiquer une infection ou un problème de votre système digestif.
  • Test par imagerie: Votre médecin peut utiliser une ou plusieurs technologies d’imagerie pour détecter les anomalies structurelles de vos organes abdominaux. Il peut s’agir d’imagerie radiologique comme l’imagerie fluoroscopique, une radiographie à film ordinaire ou un tomodensitogramme. Il peut aussi s’agir d’une autre forme d’imagerie, comme une IRM ou une échographie. L’échographie consiste à appliquer un appareil portatif qui émet des ondes sonores à la surface de la peau pour voir à l’intérieur du corps.

Comment prévenir les ballonnements intestinaux et les douleurs abdominales ?

Éviter les aliments connus pour causer des ballonnements abdominaux est déjà un très bon début ! Cela comprend les aliments riches en gras et/ou épicés.

Parmi les autres changements de vos habitudes, mentionnons :

  • évitez les édulcorants artificiels, qui peuvent causer des ballonnements
  • buvez beaucoup d’eau, ce qui aide à réduire la constipation
  • adoptez un régime alimentaire qui contient des aliments riches en fibres qui favorisent la digestion, comme les fruits, les légumes et les grains entiers
  • mangez plusieurs petits repas par jour au lieu de gros repas moins fréquents
  • faites de l’exercice régulièrement

Quelle alimentation adopter quand on souffre de douleurs articulaires ?

alimentation douleurs articulaires

do my work for me

do my work for meLes vitamines et les minéraux sont essentiels au bon fonctionnement du corps humain, et de nombreux problèmes de santé peuvent résulter d’une carence.

Une consommation suffisante en vitamines et minéraux est particulièrement importante pour les personnes souffrant de douleurs aux articulations pour apporter au corps tous les nutriments nécessaires pour lutter contre la maladie.

Les vitamines et minéraux importants pour le système immunitaire

Le système immunitaire est généralement en cause dans les maladies des articulations, et il est nécessaire de fournir aux cellules immunitaires tout ce dont elles ont besoin. Des carences en certains nutriments, mêmes faibles, ont une influence importante sur la réponse immunitaire.

Or, les personnes atteintes d’affections articulaires présentent souvent des niveaux insuffisants en certains oligo-éléments et vitamines, tels que le zinc, les vitamines C, E et B5, tous essentiels pour le système immunitaire. Les huîtres contiennent beaucoup de zinc, ainsi que les graines de sésame.

Quant à la vitamine C, elle est abondante dans tous les fruits et légumes, surtout crus. Parmi les aliments riches en vitamine E on retrouve les germes de blé, l’avocat et les amandes.

Les antioxydants

En outre leur modulation du système immunitaire, les antioxydants neutralisent les radicaux libres, des molécules agressives impliquées dans de nombreuses pathologies. Ils sont un des facteurs à l’origine du processus inflammatoire qui conduit à la destruction de l’articulation.

Les antioxydants principaux sont les vitamines A, C, E et parmi les minéraux : le zinc et le sélénium. Les noix du Brésil et le thon sont de bonnes sources de sélénium.

La vitamine A se trouve dans les produits laitiers et les viandes, et dans certains fruits et légumes de couleur orange comme les abricots, la mangue et les carottes.

Les vitamines B

La recherche scientifique a montré qu’un manque de vitamine B, en particulier B6, B9 et B12, est lié à des niveaux d’homocystéine plus élevés que la normale. Hors l’homocystéine est un facteur d’inflammation, et donc un facteur de risque pour les maladies articulaires.

Les vitamines B sont hydrosolubles, c’est-à-dire solubles dans l’eau. Les réserves de l’organisme en vitamines hydrosolubles sont faibles ce qui peut entrainer une apparition plus rapide de ces carences. On trouve des vitamines B dans la levure alimentaire, les légumineuses, les grains entiers.

La vitamine B6 est aussi abondante dans les légumes à feuilles vertes foncées, et la vitamine B12 ne se trouve que dans les aliments d’origine animale.

Synergie

Les vitamines B et les antioxydants, de même qu’un grand nombre d’autres vitamines et minéraux fonctionnent en synergie. Il est donc important de ne pas provoquer de déséquilibre en prenant des quantités importantes d’un minéral ou d’une vitamine en isolation.

Les compléments alimentaires : une solution pour mes articulations ?

Un complément alimentaire est une pilule, gélule ou poudre dont le but est de fournir un complément de nutriments (vitamines, minéraux et antioxydants) insuffisants dans le régime alimentaire d’un individu. Les compléments alimentaires peuvent être formulés à base de molécules de synthèse ou d’extraits naturels.

En palliant à des déficiences nutritionnelles, ils ont des effets physiologiques et peuvent ainsi être utilisés dans le cadre d’un régime, pour faire face à la fatigue, pour lutter contre la perte de cheveux, pour soigner la peau ou pour augmenter sa masse musculaire.

Les compléments alimentaires aident également à prévenir certains maux articulaires. Pour entretenir ses articulations, il est conseillé de pratiquer des activités physiques douces comme la natation ou la marche, de s’échauffer avant l’exercice et de s’étirer après, de bouger au quotidien et d’éviter de faire trop de mouvements répétitifs.

Il est également primordial d’adopter une alimentation variée et saine, riche en vitamines et minéraux. Le mode de vie actuel entraîne des manques et des carences alimentaires d’où l’importance des compléments. Ceux-ci ne sont pas des médicaments. Ils jouent plutôt un rôle préventif en renforçant l’organisme pour diminuer les risques d’arthrose et autres maux articulaires.

Certains compléments sont particulièrement intéressants pour les articulations:

  • Les antioxydants (vitamines A, C, E, manganèse, carotène, polyphénols) permettent de neutraliser les radicaux libres qui accélèrent le vieillissement et les maladies dégénératives et ont un effet anti-inflammatoire.
  • Le calcium renforce les os.
  • La glucosamine entre dans la composition du cartilage, des tendons et des ligaments et intervient dans le traitement de l’arthrose.
  • Le cuivre, l’allié incontournable des sportifs, ainsi que les omégas 3 jouent un rôle important dans la synthèse du collagène présent dans le cartilage et permettent ainsi d’entretenir la souplesse de nos articulations et de soulager les douleurs. Le cuivre ne joue pas seulement un rôle préventif ; il favorise la réparation du cartilage et du coup agit dans les problèmes d’arthrose.

Ces compléments ont de nombreux bienfaits et sont parfois nécessaires mais ils ne remplacent pas une alimentation saine et les gestes préventifs à adopter au quotidien.

L’activité physique, rien de tel pour des articulations en pleine santé !

sport articulations

Une étude récente rapporte que 49% des footballeurs professionnels atteignant la quarantaine auront développé de l’arthrose dans au moins une articulation.

Alors que cette statistique est frappante, une autre préoccupation est le fait que 78% de ces personnes diagnostiquées s’inquiètent de l’affectation de leur arthrose sur leur qualité de vie future.

L’activité physique est très importante pour maintenir ses articulations en bonne santé.

Cependant et malheureusement les sports de compétition, en particulier les sports qui résultent avec des blessures aux articulations par un contact traumatique de l’articulation peut augmenter le risque d’arthrose.

En effet, il a été évoqué le fait que le rugby puisse causer d’autant plus de problèmes que le football, avec 80 à 90% des joueurs souffrant d’arthrose dès l’âge de 40 ans.

Alors que les sports de compétition ont une chance d’augmenter le risque d’arthrose, l’âge à lui seul affecte les articulations. Le vieillissement cause de nombreux changements dans le cartilage articulaire qui peut se résulter par le développement d’une arthrose.

Dans l’arthrose, le cartilage qui protège le bout des os se casse et cause douleurs et gonflements. La douleur d’une articulation peut varier avec un degré de sériosité allant de l’arthrose légère à l’arthrose invalidante.

Maintenir une activité physique régulière est pourtant important pour protéger les articulations, réduire la douleur et maintenir une bonne mobilité de ses articulations surtout quand elle est abîmée.

La pratique régulière d’une activité physique permet à nos os et à nos muscles de se renforcer. Le mouvement permet en effet à notre squelette de se développer.

Des muscles solides vont mieux soutenir et protéger nos articulations. Même des articulations fragilisées ont besoin d’un minimum d’exercice. Mais tout est une question de mesure : il ne s’agit pas de solliciter vos articulations de manière excessive.

Quelle est donc la bonne dose d’exercice? Et quelles activités choisir?

«Si vos articulations sont déjà affaiblies, cela veut dire que les muscles qui soutiennent vos articulations ne sont pas assez forts » nous dit le professeur Phil Conaghan*, expert de l’arthrose. « Il s’agira donc dans un premier temps de renforcer ces muscles par des exercices ciblés et réguliers – d’extension-flexion des jambes par exemple – avant de passer à une pratique physique et sportive à proprement parler».

Pour entretenir des articulations en bonne santé et leur permettre ainsi de continuer à fonctionner correctement sur le long terme il est essentiel de choisir une activité qui vous plaît et que vous pourrez accomplir dans la durée ; une pratique progressive et régulière est en effet la bonne recette pour des articulations plus fortes plus longtemps.

Certains sports sont particulièrement conseillés : la natation, notamment l’aquafitness, est idéal pour se muscler sans se faire mal ; le vélo permet un bon renforcement des membres inférieurs tout en soulageant les articulations; la marche, y compris la marche nordique, ainsi que le jogging ont des effets bénéfiques sur la construction des os, à condition de porter des chaussures adaptées et d’adopter une allure raisonnable.

Préférez également un terrain meuble qui amortira d’autant plus les chocs.

Il existe par ailleurs des activités qui vous permettront de renforcer votre équilibre, comme le Tai chi chuan, le Qigong ou le yoga, et d’éviter ainsi les chutes et les mouvements trop brusques. Ces pratiques vous aideront à améliorer votre posture et à placer le poids de votre corps de manière équilibrée sur vos articulations, ce qui contribuera notamment à limiter le risque d’arthrose.

L’exercice physique permet d’être en forme aujourd’hui mais c’est aussi un investissement pour l’avenir. Il est donc important de l’inscrire dans notre routine quotidienne. Quel que soit votre âge et quelle que soit votre condition pensez donc à bouger.

* Professeur Phil Conaghan, porte-parole de l’association Recherche pour l’Arthrite au Royaume-Uni

Le sport au quotidien, un éventail de possibilités

Pour garder la santé, il ne suffit pas d’avoir une alimentation équilibrée. Le sport au quotidien, en favorisant la fixation du calcium et la mobilité des cartilages, est un bon moyen de prévenir les problèmes liés aux articulations et à l’arthrose.

Il permet aussi de se défouler, de se détendre, de garder le moral et de s’amuser. Par sport nous n’entendons pas forcément course de fond, compétitions de haut niveau ou abonnements souvent onéreux à un club.

Avec la panoplie de sports à pratiquer seul, entre amis, en club, ou avec la mairie, le choix ne manque pas. L’essentiel est de trouver une activité qui vous plaît, qui vous convient et surtout qui est praticable de façon régulière.

Même des activités modérées comme la marche – à un rythme soutenu – ou le jardinage, permettent de conserver l’amplitude des articulations et de gagner en souplesse.

La gymnastique est particulièrement conseillée pour les articulations ; elle ralentit le vieillissement articulaire, et garantit le bon fonctionnement des muscles.

Il existe un éventail de gyms, de la gymnastique douce comme le Yoga, composée d’étirements simples qui peuvent être pratiqués par les plus sédentaires, au Tai Chi Chuan, art martial chinois qui améliore la circulation sanguine et renforce les muscles et les tendons.

Sont également conseillés les « sports de santé » ; ces sport d’endurance peuvent être pratiqués par tous et nécessitent souvent très peu d’investissement financier.

Parmi ceux-ci, citons la corde à sauter, qui renforce le cœur et muscle tout le corps, la natation, autre sport complet, et le cyclisme qui sont moins durs pour les articulations que la course à pied.

En général, la durée idéale varie de 30 minutes une fois par jour à deux ou trois fois par semaine selon l’âge et la forme physique de la personne.

On conseille de faire du sport le matin, car on a tendance à avoir plus d’énergie mais ceci n’est pas une règle d’or.

Vous pouvez répartir vos activités sportives tout au long de la journée, du moment que vous pratiquez au moins 10 minutes d’affilée d’exercice à chaque fois. A chacun de choisir son créneau!

Le yoga, source de bien-être

Le yoga est une pratique qui, par la méditation, l’ascèse morale et les exercices corporels amène les personnes à se détendre et se relaxer. Les yogis recherchent une forme de bien-être et un renforcement musculaire en profondeur.

Au-delà de l’aspect « relaxation », le yoga est un sport qui se dit réparateur. Après plusieurs heures de pratique, les participants prennent conscience qu’ils sollicitent en douceur de nombreux muscles.

Les yogis observent l’assouplissement progressif de leurs muscles et de leurs articulations et ressentent un sentiment d’énergie durable.

Il est recommandé de faire au minimum une heure de yoga par semaine pour obtenir des effets efficaces rapides. Il est courant de voir des personnes avec des problèmes articulaires se mettre au yoga pour retrouver un confort physique. Dans ce cas, les exercices de yoga ne sont pas uniquement une thérapie d’appoint pour éliminer la douleur existante, ils permettent de prévenir une possible rigidité de la colonne vertébrale et des rhumatismes articulaires.

Les pratiquants acquièrent une stabilité qui les équilibre et leur apporte un soutien corporel. Le yoga sollicite l’ensemble des articulations, en allant en douceur, aussi loin que possible. Les pratiquants améliorent au fur et à mesure la mobilité de leurs articulations et la circulation sanguine vers l’enveloppe articulaire.

Le yoga se définit sous quatre dimensions : la dévotion dîte « bhakti yoga », l’action juste dit « karma yoga », la connaissance dite « jnana yoga » et, la santé et la concentration par l’hygiène de vie et les postures dit « hatha-yoga ». En Occident, Le Hatha Yoga reste la pratique du yoga la plus connue. Postures et techniques de respiration et de relaxation sont ses principales composantes. Le but est d’augmenter la conscience du corps et de l’esprit par les postures et les techniques. Il est particulièrement conseillé aux personnes souffrant de douleurs articulaires.

Après une séance de yoga, une sensation de bien-être corporel apparaît. Les pratiquants sont détendus prêts a passer une bonne nuit

Sports d’hiver : un équilibre à trouver

Près de sept millions de Français se rendent en vacances à la montagne chaque hiver et parmi ces vacanciers, plus de 90% y pratiquent une activité sportive.

L’environnement permet de réaliser différentes activités physiques que ce soit du ski, des balades en raquettes ou pour les plus calmes, des balades en chiens de traîneaux. Tous les sports d’hiver ne sont pas adaptés aux personnes souffrant des articulations. Il est recommandé de connaître leurs spécificités avant de débuter une activité.

La majorité des vacanciers ont une préférence pour les descentes et privilégient le ski alpin ou le snowboard. Nombreux sont ceux qui utilisent des skis même si le snowboard est de plus en plus en vogue. Cette discipline, aussi appelée surf des neiges, consiste à descendre une pente enneigée sur une planche unique à laquelle les pieds sont attachés à l’aide de fixations. Les pratiquants abordent la piste de profil et ont les pieds en travers, l’un derrière l’autre. Cette position rappelle celle du surfeur d’où l’appellation surf des neiges.

Récemment, le monoski est apparu et est devenu prisé par les skieurs. Les sportifs ont leurs chaussures de ski parallèles sur la planche et descendent les pistes de face. Ces trois sports sont reconnus pour solliciter spécifiquement les articulations et de manière assez brutale. Les vacanciers les pratiquent intensément qu’une à deux semaines par an et en ressortent régulièrement blessés.

Il est préférable de skier trois à quatre heures dans la journée et de faire une autre activité, plus douce, comme le ski de fond ou une randonnée en raquette pour profiter des joies de la neige. Avant de partir, la réalisation de vingt à trente minutes d’exercices par jour peut s’avérer très bénéfique pour préparer son corps et peut prévenir de nombreux maux.

Le ski de fond est une discipline qui se pratique sur des terrains enneigés plats ou vallonnées. Il sollicite plus les abdominaux et les cuisses et permet ainsi le repos des genoux et des chevilles. Tout comme les randonnées en raquettes, le ski de fond permet de se muscler profondément et en douceur. Les grands sportifs sont les premiers à varier leurs activités physiques pour reposer leurs articulations.

Êtes-vous prêts à vous échauffer avant votre arrivée au sommet des pistes ?

Kung fu : un esprit sain dans un corps sain

Kung fu, prononcé « Gong Fu » en chinois fait référence à toute pratique qui à force de persévérance permet d’atteindre la maîtrise d’une technique.

Le mandarin désigne par le terme « wushu » – « wu » pour l’art, « shu » pour la guerre – l’ensemble des techniques d’auto-défense et de combat inculquées au fil des années aux soldats chinois et qui intègrent cette idée de maîtrise de soi pour décupler l’efficacité des techniques enseignées.

En Occident on a repris le terme « kung fu » pour désigner communément l’ensemble de ces techniques de combat, appelées également « arts martiaux ». Le kung fu, tel qu’on le nomme en Occident, n’est donc pas un sport unique mais plusieurs pratiques – parfois aussi appelées « boxes chinoises » –, avec plusieurs styles différents, mais qui reposent tous sur une même philosophie, celle de la quête de la maîtrise de soi. Le but est d’entraîner son esprit en même temps que son corps pour atteindre la maîtrise parfaite.

Plus concrètement ces pratiques recoupent des mouvements utilisant frappes de poings ou de pieds (notamment dans le style dit « externe »), mais aussi respiration, méditation, répétition et lenteur du geste pour maîtriser sa propre énergie (dans le style dit « interne »). Il y a également des postures qui, pratiquées régulièrement, contribuent à renforcer le corps et les articulations ainsi que l’esprit, l’objectif n’étant pas tant de frapper que de ne pas se blesser.

Le kung fu a ainsi de nombreux bienfaits psychologiques et physiques. Son impact sur les articulations est particulièrement intéressant : pour parvenir à obtenir des mouvements très précis on a en effet besoin d’articulations mobiles et de muscles forts pour maintenir son équilibre (interne et externe), et le kung fu permet en effet de développer tout cela à la fois par un entraînement complet et progressif. Le kung fu améliore ainsi le maintien de manière générale en aidant à répartir le poids de façon équilibrée sur les membres inférieurs et la colonne vertébrale.

Et il est possible de le pratiquer dès cinq ans ou de commencer à cinquante ans sans problème car de part la multiplicité des pratiques et la patience qu’exige cet art bienfaiteur tout le monde peut y trouver son bonheur. N’hésitez donc pas à demander conseil aux professionnels de la fédération française de wu-shu.

Ne jamais oublier les étirements

Pratiquer une activité physique signifie également s’étirer avant et après la séance. Les étirements sont souvent négligés par les amateurs qui préfèrent consacrer leur temps à une pratique plus longue.

Pourtant, ceux qui prennent la peine de s’étirer dix minutes avant et dix minutes après la séance physique ressentent les bénéfices dès le lendemain.

Les étirements permettent d’augmenter sa souplesse, de prévenir les blessures musculaires, de libérer les tensions accumulées en position statique, d’optimiser ses capacités physiques, mais aussi d’entretenir la mobilité de ses articulations !

En effet, les muscles se terminent par des tendons qui eux mêmes s’accrochent aux os. Par conséquent, un muscle étiré va tirer sur les os et donc augmenter les degrés de liberté des articulations, rendant celles-ci plus mobiles et contribuant ainsi à diminuer les raideurs chroniques, notamment en cas d’arthrose ou de rhumatismes.

On s’étire en général avant un effort intense pour préparer le muscle à cet effort, et après la séance, de préférence une fois le muscle reposé afin d’éviter d’endommager les ligaments articulaires qui viennent d’être sollicités. Mais vous pouvez aussi choisir de faire des séances de « stretching postural » qui vous permettront de gagner en souplesse et en laxité des articulations et d’améliorer votre posture sans vous faire mal; il s’agit par exemple d’exercices de yoga ou de « pilates ».

Un exercice de yoga qui permet d’étirer tout le corps, appelé « Dandasana » ou « position du bâton assis » : assis sur un tapis les jambes tendues et les pointes de pieds « flex » (vers soi) sans toutefois bloquer les genoux on va redresser son dos et tout le haut du corps jusqu’au sommet du crâne, en gardant la tête bien droite ; puis on va poser les mains au sol de chaque côté du corps – ou un peu plus loin derrière si vous avez de longs bras –, sans bloquer les coudes, de sorte à avoir les épaules relâchées. En respirant normalement, essayez de tenir la position une à deux minutes en faisant attention à garder le dos bien droit et les pointes de pieds vers vous.

On peut pratiquer cet étirement tous les jours de la semaine ou à chaque fois que les raideurs commencent à se manifester. Mais il existe toute une série d’autres étirements posturaux ciblés faciles à pratiquer debout, au sol ou avec un élastique pour vous aider à tendre les muscles.

En effet, ils peuvent préparer leur corps à l’exercice et aucune courbature ne leur rappelle qu’ils se sont dépensés la veille ! Après une activité sportive, l’étirement permet au corps de mieux récupérer.

Les étirements ne concernent pas uniquement les sportifs. Appelés aussi assouplissements, ils contribuent au développement de la souplesse musculaire et articulaire.

Chacun réalise quotidiennement des étirements de manière presque systématique après avoir adopté une position inconfortable ou après une période d’immobilité.

Il est recommandé aux personnes souffrant de douleurs articulaires ou musculaires d’effectuer entre quinze et vingt minutes d’assouplissement par jour.

De cette manière, les pratiquants développent leur souplesse, ressentent au fur et à mesure un certain bien-être et peuvent ainsi conserver la forme pendant de très longues années.

C’est alors fortement préconisé pour les personnes souffrant de rhumatisme articulaire ou ayant les premiers symptômes de l’arthrite.

Cinq astuces vous permettront de réaliser des étirements efficaces :

  • Suivez les indications de votre professeur de sport ou de votre médecin pour réaliser les étirements adaptés à vos capacités physiques.
  • Portez une attention toute particulière à faire les étirements en douceur pour éviter d’aller trop loin et de provoquer de profondes douleurs.
  • N’utilisez pas de poids pour vous étirer, dans le cas contraire vous n’assouplirez que les bras et devrez conserver les jambes immobiles. Les étirements ne sont pas une performance à atteindre !
  • Prenez soin d’inspirer et d’expirer profondément pour apporter tout l’oxygène nécessaire aux muscles et aux articulations.
  • Dans les périodes de stress, continuez de vous étirer. Cela vous permettra de contrôler votre respiration et de vous relaxer quelques instants. Et c’est tout à fait possible de le faire au bureau !

La natation contre l’arthrose, un sport doux pour vos articulations

bienfaits natation articulations

La natation est un sport complet, sans impact, peu dangereux et particulièrement recommandé pour prévenir et soulager les douleurs articulaires, notamment dues à l’arthrite.

Comment ça marche ?

Sur la terre ferme, nos articulations doivent soutenir tout notre poids pour nous permettre de tenir debout et de nous mouvoir. En immersion dans l’eau jusqu’aux épaules, elles ne doivent plus porter que 20% de notre poids, l’eau faisant le reste du travail.

Ainsi, comparés à un exercice en plein air, les efforts que nous faisons dans l’eau sollicitent beaucoup moins nos articulations. En revanche la résistance de l’eau permet de renforcer rapidement les muscles autour des articulations, ce qui contribue à protéger ces dernières à plus long terme.

Par ailleurs l’exercice physique dans l’eau permet aussi de calmer les nerfs, de tonifier le corps et d’augmenter les capacités cardio-pulmonaires, alors pourquoi s’en priver ?

L’arthrose chez les seniors, mais pas que !

L’arthrite est une affection courante qui peut toucher une personne de n importe quel âge. Une articulation devient douloureuse et enflammée et peut rendre difficile un certain type de mouvement.

Il en existe deux principaux types dont la plus commune est l’arthrose. L’arthrose touche principalement les seniors, et peut se manifester dès 40 ans, on la retrouve davantage chez les femmes que chez les hommes, mais tout le monde est un candidat potentiel à l’arthrose et il y a de fortes chances pour que vous-même, en fassiez un jour l’expérience (les articulations s’usent obligatoirement avec le temps).

Si vous faites partie de la tranche d’âge [40-50] ans et que l’arthrite ne s’est pas encore manifestée chez vous, je vous recommande de prendre une bonne mutuelle pour senior pas chère. Celle-ci vous permettra vous permettra une prise en charge de certains traitements contre l’arthrose comme les médicaments anti inflammatoires, les infiltrations et éventuellement toute chirurgie ou cure thermales.

Les articulations habituellement touchées sont les mains, les genoux, les hanches et la colonne vertébrale. Au début, la condition affecte le cartilage d’une articulation, ce qui rend le mouvement plus difficile et entraîne une certaine rigidité. Au fur et à mesure que le cartilage s’amincit (ce qui entraîne un gonflement) les os de l’articulation se frottent, ce qui cause de belles douleurs.

Le second type d’arthrose est la polyarthrite rhumatoïde, moins fréquente et qui survient généralement chez les personnes âgées, entre 40 et 50 ans.

Elle cible quant à elle en premier lieu la couche externe d’une articulation et peut se propager à travers l’articulation. Cela entraîne un gonflement qui finit par modifier la forme de l’articulation. Le cartilage et l’os peuvent alors se décomposer et la polyarthrite rhumatoïde peut également entraîner des problèmes avec d’autres tissus et organes.

Nager : le tout meilleur exercice contre l’arthrite ?

La natation a été identifiée comme aidant à réduire la douleur, la raideur et l’invalidité chez ceux qui souffrent de cette condition. Elle peut également accroître la mobilité générale.

La natation ainsi que d’autres activités aquatiques semblables (aqua yoga, aquabike, aqua etcetera) font partie des meilleurs exercices contre l’arthrite.

Voici d’autres bonnes formes d’exercices pour l’arthrose :

  • Aquajogging : il s’agit d’un jogging dans l’eau qui diminue le poids sur les articulations de 50% par rapport à la marche.
  • Aquagym : c’est de l’aérobic dans l’eau, normalement à hauteur de la taille. Elle sollicite le haut et le bas du corps, ainsi que la partie abdominale.

On l’a dit en intro, quand on nage, environ 80 % de notre poids corporel est soutenu par l’eau, ce qui aide fortement à surmonter les mouvements douloureux dans les articulations affectées par l’arthrite.

La natation est aussi une excellente mesure préventive de la condition puisqu’elle réduit le risque d’arthrite en permettant à une personne de maintenir sa force musculaire et la structure de ses articulations.

Quelques mesures de prudence cependant ; il existe plusieurs types de nage avec des bienfaits différents pour chacune d’entre elles.

Voici quelques éléments d’information sur les différences à noter entre ces nages :

  • la brasse raffermit l’intérieur des cuisses ainsi que les bras et les épaules, mais est à déconseiller à ceux qui souffrent du dos
  • le crawl est un très bon exercice d’aquagym qui contribue à soulager les raideurs articulaires des membres supérieurs. De plus, cette nage permet un bon travail cardio-vasculaire et est excellente pour puiser dans les réserves de surcharge pondérale. Mais le crawl est également à éviter pour quiconque souffre des lombaires
  • le dos crawlé est en revanche une nage douce et bienfaisante, notamment pour les personnes âgées, car elle soulage les épaules
  • le papillon est le meilleur exercice d’endurance, mais est à réserver à ceux qui sont déjà bien entraînés

Une à deux séances de 30 minutes par semaine, selon vos capacités, permet de profiter de tous les bienfaits de ce sport très vertueux. Il est toutefois essentiel de prendre conseil auprès de professionnels lorsque l’on débute, afin d’être sûr d’avoir la bonne technique pour éviter toute blessure, et d’adopter une pratique progressive en accord avec ses capacités pour se sentir plus vite comme un poisson dans l’eau.

Notez que si la natation est trop éprouvante pour vous, optez pour un cours d’aquayoga ou encore d’aquabike !

La kinésithérapie contre l’inflammation !

kiné contre douleurs articulaires

La kinésithérapie est une discipline qui existe depuis l’antiquité. Sur le plan étymologique, elle signifie en grec ancien « le traitement par le mouvement (« kinesis » = mouvement, « therapeia » = soin, traitement). Le mot est employé comme tel dans le monde médical à partir du milieu du 19ème siècle. C’est à la fin de la seconde guerre mondiale que la discipline prendra son essor en regroupant 2 corps de métiers, les « masseurs médicaux» et les « gymnastes médicaux », mais surtout à partir du moment où ses bienfaits seront reconnus par la médecine moderne et où elle fera l’objet d’une prescription « médicale ».

La kinésithérapie comme la médecine se divise en différentes spécialités (kinésithérapie respiratoire, péritonéale, du sport, etc…). Chaque spécialité développe ses propres techniques en fonction de ses objectifs, mais les bases restent communes.

Le kinésithérapeute va travailler essentiellement sur les muscles, les articulations et les os, à l’aide de ses mains. Il va réaliser la rééducation de son patient et rétablir la fonction en mettant en mouvement les muscles ou les articulations concernées. C’est à dire de permettre à cette articulation de travailler dans les meilleures conditions possibles et sans douleurs.

La kinésithérapie est utilisée chez beaucoup de personnes, parmi lesquelles les gens souffrant des articulations. Que se soit une douleur, une limitation du mouvement, une faiblesse, cette thérapie manuelle sert à améliorer les symptômes. C’est une pratique fonctionnelle, qui a le mérite de ne pas être invasive, elle complète d’autres traitements thérapeutiques comme la prise de médicaments ou la chirurgie. Elle s’inscrit donc de toute évidence dans la prise en charge des articulations douloureuses.

En règle générale, c’est le médecin qui va établir un diagnostic et réaliser la prescription de séances de kinésithérapie. Les soins seront réalisés au cabinet ou au domicile en fonction des situations.

La kinésithérapie et ses différents outils

Chaque année, vous êtes de plus en plus nombreux à nécessiter les soins d’un kinésithérapeute. Cette thérapie évolue au fur et à mesure que la demande augmente. Aujourd’hui les kinés disposent de plusieurs outils pour traiter leurs patients, le principal étant évidemment leurs mains.

Leurs mains leur permettent d’effectuer les massages, les mobilisations, les étirements les postures. Tout ceci est souvent associé à de la rééducation et à des conseils d’hygiène de vie pour obtenir un meilleur résultat.

Mais les meilleurs kinésithérapeutes disposent également d’autres outils tels que l’électrothérapie par exemple. Après avoir disposé des électrodes sur certaines zones du corps de son patient, le kiné envoie un courant électrique de faible puissance qui peut avoir plusieurs effets en fonction de sa fréquence et de son intensité. Il peut être utilisé dans un but antalgique pour traiter des pathologies chroniques type rhumatisme articulaire, ou bien dans le but de renforcer un groupe musculaire.

La plupart des cabinets de kinésithérapie sont également équipés d’appareils à ultrasons, très utilisés dans le cadre du traitement de tendinites et de pathologies articulaires. Les ultrasons procurent les bienfaits habituels de la thermothérapie (effet antalgique, assouplissement des capsules articulaires, des aponévroses, des ligaments et vasodilatation).

A l’inverse les kinés utilisent aussi la cryothérapie (traitement par le froid) pour soigner les douleurs inflammatoires. Ce type de soin s’avère très efficace dans le traitement en urgence des sportifs lors d’une entorse ou d’un claquage, mais il s’intègre aussi parfaitement dans les traitements des rhumatismes inflammatoires (polyarthrite, spondylarthrite ankylosante…). Par son effet vasoconstricteur, le froid va rapidement diminuer l’inflammation, éviter la formation d’œdème et atténuer la douleur.

Il est toujours difficile pour un patient de savoir s’il doit plutôt utiliser du chaud ou du froid. Par principe, les douleurs chroniques des maladies dégénératives telle que l’arthrose seront soulagées par le chaud tandis que les douleurs aigües des maladies inflammatoires telle que l’arthrite seront soulagées par du froid.

Il est néanmoins toujours préférable de demander conseil à son spécialiste et de le consulter lorsqu’une douleur s’installe.

Retrouvez une qualité de vie avec l’hydrothérapie

hydrothérapie

do my work for meL’hydrothérapie est un traitement effectué avec l’usage d’eau. Les thérapeutes ont recours à l’eau et l’appliquent sous forme de jets, de compresses ou encore de bains dans le but de soigner, soulager et prévenir plusieurs types de douleurs.

L’eau employée peut être plate, gazeuse, chaude, froide, minérale, de mer, de source ou encore du robinet, tout dépend des symptômes du patient et des objectifs à atteindre par la thérapie.

L’eau joue un rôle crucial dans la rééducation du corps parce qu’elle est à la fois source de résistance et d’apesanteur. C’est un élément qui peut maintenir la température du corps, transmettre une autre température et apporter des minéraux.

Les thérapeutes pratiquent trois types de traitement :

  • la balnéothérapie
  • le thermalisme
  • la thalassothérapie.

Soulager les douleurs articulaires est l’un des fers de lance de l’hydrothérapie. Une maladie telle que l’arthrite est à l’origine de tensions dans les muscles qui peuvent alors être traitées par l’application d’eau chaude. Cela permet de détendre les muscles et de développer ainsi la mobilité des articulations.

La balnéothérapie stimule les muscles, la force nerveuse, la digestion, la nutrition et élimine les cellules mortes et les toxines du corps. Les toxines se déposent plus rarement dans les articulations, ce qui diminue les risques de problèmes articulaires. Les exercices réalisés dans l’eau sont plus efficaces et apportent aux patients une plus grande amplitude de mouvement et une résistance accrue dans les articulations. Les personnes dont les articulations sont endommagées ressentiront une diminution de la douleur et pourront maintenir leur état de santé.

Selon les chercheurs ce serait la combinaison d’effets mécaniques, thermiques et chimiques qui devraient permettre de soigner les articulations telles que les hanches et les genoux.

L’hydrothérapie accompagne généralement un traitement de fond prescrit par un professionnel de santé. Cela reste un moyen efficace et sans risque pour diminuer la douleur. Il ne faut pas perdre de vue que suivre un tel traitement oblige à se rendre dans un centre spécialisé, à suivre les indications données par des experts et de les appliquer avec soins, ce qui est moins facile à faire de soi-même. Les patients retrouvent une certaine qualité de vie dont ceux atteints de la fibromyalgie.

Soulager vos douleurs articulaires grâce au Tai-chi

Tai Chi Articulations

Le Tai-chi, un art martial d’origine chinoise dit “interne”. La pratique la plus répandue à l’heure actuelle est le style Chuan créé par Chen Changxing au début du XIXème siècle. Développé sur les principes du yin et du yang et du parfait équilibre au même titre que l’Aikido, le Tai-chi confère aux pratiquants la capacité de faire face à l’adversaire avec douceur, fluidité et courtoisie et de mieux se trouver soi-même.

Plus connu en Occident comme une activité d’exercices énergétiques, le Tai-chi est aussi considéré comme une méditation en mouvement. Ce sport se caractérise par la fluidité et l’ampleur des gestes, l’alternance entre la souplesse et la fermeté ainsi que la lenteur et la rapidité des mouvements. La mise en pratique du Tai-chi participe à la fortification du corps et procure calme et sérénité.

Le Tai-chi fait appel à la douceur, la souplesse et à un travail de respiration. Les pratiquants rassemblent leur énergie afin de développer un bien-être physique et mental.

L’assouplissement des articulations

La pratique du Tai-chi est particulièrement recommandée aux personnes gênées par des douleurs articulaires. Un des objectifs de ce sport est d’améliorer la souplesse et de fortifier en douceur les muscles, tendons et articulations. L’ensemble des parties du corps est sollicité.

En plus de contribuer au développement de la concentration, la vivacité d’esprit et la mémoire, le Tai-chi permet aux participants d’avoir un meilleur équilibre et d’adopter de bonnes postures. L’état de santé générale s’améliore puisque cette discipline libère les tensions musculaires et les blocages énergétiques tout en renforçant le système nerveux.

Une pratique régulière conseillée

Après plusieurs séances, les participants se déplacent avec souplesse, se tiennent mieux et développent une respiration naturelle. Une pratique régulière, d’une à deux fois par semaine, pendant une heure, contribue significativement au renforcement des muscles, tendons et articulations. Le corps s’affine et se fortifie au cours des semaines d’activité.

Un réel bienfait sur les maladies articulaires

Les personnes qui souffrent d’arthrose, d’ostéoporose, de tendinite ou de rhumatisme considèrent qu’il est préférable d’éviter l’exercice. Pourtant, dans ces cas-là, les articulations s’ankylosent et les muscles se relâchent. Les patients perdent une grande amplitude articulaire et ressentent une diminution du tonus musculaire. Une discipline calme comme le Tai-chi est alors un bon allié pour fortifier et assouplir en douceur les muscles, amplifier la souplesse articulaire et au fur et à mesure, réduire les douleurs.